sueur nocturne

C’est à partir de 45 ans en moyenne que les femmes se voient confrontées à un bouleversement hormonal important : la ménopause. Cet événement entraîne son lot de conséquences autant physiques que psychologiques. Il est important de savoir à quoi s’en tenir afin d’anticiper ces désagréments et de pouvoir y face sereinement au moment opportun, par exemple quand surviennent les premières sueurs nocturnes de la ménopause.

Les 3 phases de la ménopause

La survenance de la ménopause a lieu en plusieurs étapes. La première d’entre elles est nommée préménopause. Elle correspond à une irrégularité grandissante des cycles menstruels, qui deviendront davantage aléatoires. La production de progestérone par le corps se met à diminuer. Cette période peut durer quelques mois comme quelques années. Suivent les périodes de périménopause et de post-ménopause.

La périménopause englobe la fin de la préménopause et l’année suivant l’arrêt définitif des règles. Lors de ces trois périodes, les femmes devront faire face aux conséquences des dérèglements hormonaux qui les caractérisent : incontinence, sommeil perturbé, sautes d’humeur, variations de poids… et sueurs nocturnes de la ménopause. En effet, trois individus sur cinq seront concernés par la sueur nocturne femme.

diminuer sueur nocturne

Des produits et des aliments pour limiter les sueurs nocturnes de la ménopause

Heureusement, les sueurs nocturnes de la ménopause peuvent être diminuées par l’adoption de techniques et de produits. Concernant ces derniers, il convient dans un premier temps de changer quelques comportements sur le plan alimentaire. Les bouffées de chaleur sont favorisées par la consommation de certains produits tels que le café, le thé, l’alcool ou les boissons excitantes. Le tabac est également un facteur aggravant. On veillera donc à privilégier une alimentation saine.

Dans un second temps, il peut être judicieux de se tourner vers la consommation régulière de certaines plantes apaisantes quel que soit le mode : en infusion, en huile essentielle, ou en complément alimentaire. La sauge sclarée par exemple possède des propriétés régulatrices du système hormonal. Le shatavari ou la menthe poivrée seront également d’une grande aide, et le moment de la ménopause peut aussi être l’occasion d’opérer des modifications de son hygiène afin de prendre soin de soi en découvrant ces plantes ancestrales et leurs effets bénéfiques.

Adopter des techniques salvatrices

Les sueurs nocturnes de la ménopause se combattent enfin par la mise en place de stratégies. Une activité physique régulière sera la meilleure des armes pour lutter dans la mesure où elle permet de limiter autant la fréquence que la force des bouffées. L’acupuncture et la méditation seront également salvatrices : être dans un état stable de calme permettra les mêmes effets. Enfin, on veillera à s’hydrater correctement.

Un second grand champ à investir sera la chambre elle-même. Il serait bénéfique de ne pas trop la chauffer afin d’y conserver la fraîcheur idéale pour un endormissement efficace. Des draps et des housses d’oreiller conçus dans des matières respirantes permettront à la personne concernée de ne pas avoir de sentiment d’étouffement pendant la nuit. Enfin, dormir sur un matelas latexbio ou sur un matelas bien ventilé ajoutera au confort nécessaire pour s’assurer des nuits reposantes sans bouffées de chaleur.