Les progrès scientifiques ont permis l’avènement et le perfectionnement de plusieurs technologies dans différents domaines, au nombre desquels figure le secteur de la santé. De nombreuses innovations scientifiques ont en effet contribué à révolutionner la pratique de la médecine ces dernières années, un peu partout à travers le monde. C’est notamment le cas du laser femtoseconde, un nouvel outil chirurgical destiné aux coupes et découpes de l’œil, et qui ouvre de nouveaux horizons à la thérapeutique en ophtalmologie. Focus !

Un laser femtoseconde, qu’est-ce que c’est concrètement ?

Inventé au début des années 80 et commercialisé depuis 1990, cet outil est un laser qui délivre des impulsions ultra-brèves, de l’ordre de quelques centaines de femtosecondes, comme l’indique bien son nom. Pour rappel, une femtoseconde correspond à 0,000000000000001 sec, soit un millionième de milliardième de seconde. Cette brièveté des impulsions délivrées par le Laser femtoseconde permet d’atteindre des puissances très élevées, malgré une énergie délivrée modeste.

L’obtention de ces impulsions ultra brèves repose sur l’utilisation d’un large éventail de fréquences qui doivent être parfaitement synchronisées à la sortie de l’instrument laser. Grâce à la technologie femtoseconde, il est possible de créer sur l’œil des capots dont l’épaisseur et les dimensions peuvent être ajustées avec un maximum de précision. Ce sont précisément ces propriétés physiques qui justifient le recours de plus en plus fréquent au laser femtoseconde en médecine, et plus précisément dans le domaine de la chirurgie !

Dans quels cas de figure cette technologie peut-elle intervenir en médecine ?

La chirurgie ophtalmologique est l’un des principaux secteurs médicaux où la technologie femtoseconde intervient à l’heure actuelle. Cette innovation permet la production d’impulsions d’énergie lumineuse ultracourtes, avec une longueur d’onde proche de l’infrarouge. Cette longueur d’onde n’étant pas absorbée par les diverses structures constituant l’œil (plus d’infos sur Astuce-sante), elle permet au laser de cibler précisément les différentes couches de la cornée, qui constitue la partie la plus externe du globe oculaire.

Comme évoqué précédemment, le laser femtoseconde est capable de délivrer une succession d’impacts dont l’espacement, la profondeur et la répartition dans l’espace tridimensionnel du tissu cornéen sont parfaitement contrôlés. La possibilité de créer des volets (ou capots) nets, circulaires et personnalisés sur l’œil fait de cet outil un instrument de premier choix en chirurgie réfractive, pour le traitement de diverses affections oculaires.

Ainsi, la technologie femtoseconde permet de mieux prendre en charge les patients souffrant de myopie, de presbytie, de même que celles qui présentent un astigmatisme ou une hypermétropie, pour ne citer que ces troubles-là. La facilité d’utilisation et les résultats obtenus en post-opératoire avec le laser femtoseconde en font un outil bien plus efficace et plus recommandable que d’autres instruments également utilisés en chirurgie réfractive, le microkératome en l’occurrence !

La technologie femtoseconde, une alternative à l’utilisation du microkératome ?

Pendant plusieurs années, les ophtalmologues en général, et ceux qui pratiquent la chirurgie réfractive particulièrement, ont dû se contenter du microkératome pour leurs interventions. Il convient de rappeler qu’il s’agit d’un appareil mécanique permettant également la réalisation de découpes sur la partie la plus externe de l’œil, toujours dans un but thérapeutique. Toutefois, il faut aussi préciser qu’il s’agit d’un outil délicat à manipuler, moins pratique et moins précis que le laser femtoseconde.

Le microkératome peut entraîner des problèmes comme le blocage en cours de coupe, le mauvais contrôle de l’épaisseur du capot, ou encore l’interposition de débris métallique dans l’interface, etc. Tous ces facteurs diminuent nettement les chances de réussite des interventions chirurgicales ophtalmologiques, et augmentent au contraire les risques de survenue de complications post-opératoires. Ces dernières peuvent être de divers ordres, allant des infections à la cécité (perte complète et irréversible de la vue).

L’utilisation de la technologie femtoseconde constitue un gage de sécurité pour les patients, puisqu’elle réduit considérablement les risques précédemment mentionnés. Grâce à son extrême précision, le laser femtoseconde donne la possibilité de choisir l’épaisseur, la dimension et la forme du volet cornéen. Cette minutie pourtant très déterminante pour le résultat réfractif final est réduite avec le microkératome. Les risques de volet décentré, de volet trop fin, de volet irrégulier, ou encore de volet trop épais sont éliminés avec le laser, optimisant de fait les chances de réussite des interventions chirurgicales.

Le diamètre des capots peut être choisi avec une précision de 0.1 mm. Le périmètre peut être circulaire ou ovalaire, ce qui permet de s’adapter à tous les yeux et de traiter les cas les plus complexes. Dorénavant, grâce à la précision et à l’innovation du laser femtoseconde, les malades présentant des cornées fines, très cambrées, trop plates, et même les patients souffrant de fortes myopies peuvent aisément bénéficier d’une chirurgie réfractive. Le plus intéressant, c’est qu’il est possible de profiter des atouts de cette technologie innovante sans dépenser une fortune, en passant par des sites spécialisés !