En emmenant votre enfant en consultation dentaire, vous ne devez pas être surpris si le praticien vous recommande un traitement d’orthodontie. Cette branche de la discipline dentaire est vouée à la coordination et au réalignement des dents. Elle ne concerne pas simplement les enfants mais toutes les tranches d’âge. Cependant, lorsque les mauvais positionnements sont décelés pendant l’enfance, la correction sera plus efficace. Découvrez en détails l’importance de ce traitement dentaire.

Quel est l’intérêt d’un traitement orthodontiste ?

L’orthodontie contribue à une bonne hygiène dentaire et a un aspect positif sur plusieurs points. En effet, le mauvais positionnement dentaire peut affecter la mastication, la phonétique et peut causer de nombreux troubles dentaires tels que la carie. La mise en place d’un traitement a pour but de prévenir les déchaussements des dents et les risques liés à un traumatisme dentaire.

Il peut arriver que les fonctions nasales soient affectées par une mauvaise ventilation de l’air favorisé par un déséquilibre dentaire. L’orthodontiste posera un diagnostic et s’entretiendra avec un ORL pour évaluer votre suivi médical. C’est un traitement important vivement recommandé pour corriger les problèmes relevés plus haut. En cas de doute, n’hésitez plus et prenez rendez-vous dans ce cabinet dentaire pour un traitement d’orthodontie.

Est-ce remboursé par la sécurité sociale ?

Face à certaines prescriptions médicales, la première question posée est souvent d’ordre financier. Vous avez bien raison de vous interroger sur la prise en charge de l’orthodontie par la sécu. En effet, les examens médicaux portant sur le diagnostic dentaire sont remboursés à hauteur de 70% suivant la base de remboursement tarifaire de l’organisme social.

Pour ce type de soins, l’importance d’une bonne mutuelle de santé est de prendre en compte tous les frais supplémentaires non remboursés. Par contre, l’appareil dentaire est pris en charge par la sécu jusqu’à l’âge de 16 ans et aucune mesure n’est prévue pour les adultes qui, devront se tourner vers leur complémentaire santé.