Un sexologue est connu pour dénouer les problèmes qui sont relatifs à la sexualité, en particulier l’impuissance. Cela dit, il ne se focalise pas uniquement sur les problèmes sexuels. Il prend également en compte les troubles qui sont les conséquences d’un fait ou d’un événement psychologique ayant déclenché ces derniers.

Le sexologue, spécialité de la sexualité

Le médecin spécialiste de la sexualité est appelé « sexologue ». Il peut donc soigner certains types de troubles sexuels, tels que la méconnaissance du corps, la baisse de la libido et les troubles de l’érection. Son rôle ne se concentre pas uniquement sur le plan physique. En effet, il a une mission éducatrice, notamment en ce qui concerne les maladies et infections sexuellement transmissibles. La plupart du temps, la consultation d’un sexologue se fait individuellement. Néanmoins, les couples peuvent consulter en même temps si le problème concerne les deux parties. Il faut savoir que le métier de sexologue n’est régi par aucune loi distincte. Certains médecins peuvent donc pratiquer la sexologie avec leur titre universitaire de base.

De quoi peut-on discuter avec un sexologue ?

Comme mentionné plus tôt, le sexologue prend en charge les problèmes de santé ayant un lien étroit avec la sexualité. Ainsi, il peut être consulté pour les troubles physiques à l’instar des problèmes de lubrification chez la femme, et les troubles de l’érection chez l’homme.

En cas de problèmes liés à la libido qui sont généralement des blocages psychologiques au sein d’un couple, le sexologue est la bonne personne à qui se confier. Ce médecin peut par ailleurs prescrire des traitements médicamenteux si cela est nécessaire.

Il faut savoir qu’un sexologue reste avant tout un médecin. Il n’existe donc pas de petites ou grandes difficultés qu’un patient ne puisse en parler avec son médecin. Dès lors que l’individu ressent une certaine insatisfaction sexuelle et conjugale au sein de son couple, il lui est recommandé de consulter un professionnel.

Comme dans toute consultation médicale, le premier échange commence par un entretien de routine pour que le médecin puisse connaître davantage son interlocuteur. L’idée de l’enquête en premier est nécessaire pour dédramatiser les faits et surtout, alléger la colère ou le sentiment de culpabilité.

Finalement, le sexologue ne juge pas. Avec le couple et son patient, il essaie de trouver une solution psychologique ou médicale au problème. Par ailleurs, les médecins sont tenus au secret professionnel.

Comment se déroule la consultation de sexologie

Pour tous médecins dignes de ce nom, quelle que soit la spécialité qu’ils exercent, la consultation de leur avis médical est précédée d’une enquête médicale. Ainsi, le sexologue prend également au sérieux le fait de le consulter lui, et non un autre. Pour ce faire, il pourra prescrire un bilan médical un peu plus poussé pour comprendre l’origine du problème. Ce bilan est en outre nécessaire pour écarter l’éventualité d’une pathologie qui serait la cause de la difficulté sexuelle. Aussitôt les résultats obtenus, le médecin entame la partie psychologique, dans le cas où ces derniers ne révèlent rien qui soit physiologique.

Est-il nécessaire de se mettre nu devant son sexologue ?

Selon certains médecins sexologues, un patient ne doit en aucun cas se dénuder sans une raison valable. En effet, il existe deux manières pratiques utilisées en sexologie. Sachant que certains médecins praticiens comme les urologues et andrologues, l’objectif est de trouver un motif physique au trouble sexuel. C’est donc l’aspect technique de la consultation en sexologie. Puisqu’il s’agit d’une observation clinique et physique, le patient se dénudera donc pour la bonne raison. D’un autre côté, les sexologues plutôt orientés vers l’aspect psychologique sont plutôt connus comme étant des sexothérapeutes. Leur rôle est d’aider leur patiente à puiser dans leurs propres ressources pour débloquer la situation.

À titre d’exemple, un trouble de l’érection sera d’abord soumis à une inspection clinique, qui nécessite donc de faire un bilan corporel. Une prise de sang sera parfois indispensable pour vérifier le taux d’hormones. Un autre examen de dépistage peut aussi avoir lieu pour déceler un dysfonctionnement érectile, une hypertension, une hypercholestérolémie ou un diabète. Un traitement médical sera établi si cela s’avère utile.

Certains sexologues exercent les deux facettes du métier, d’une part physiologique et pratique, et d’autre part, la face psychologique des problèmes abordés. Dans tous les cas, la nudité n’est pas une obligation à moins qu’elle ne soit liée à une observation clinique.

Dans tous les cas, mélanger ces deux aspects de la consultation n’est pas une nécessité. En outre, le médecin-sexologue peut orienter son patient vers un confrère pour les bilans biologiques nécessaires pour mieux cerner le problème qui affecte sa sexualité.