cigarette électronique

La chirurgie sous anesthésie générale est une opération courante, souvent sans danger. Cela dit, en fonction de l’état de santé du patient, il existe toujours un risque de complication. En principe, il est interdit de boire ou de manger durant les 6 heures qui précèdent une coloscopie. Il en est de même pour toutes les opérations sous anesthésie générale. Fumer est également interdit dans ce genre de circonstance. Pour cause, la fumée que nous inhalons contient du monoxyde de carbone. Mais qu’en est-il de la vape ? La réponse dans cet article.

Le vapotage avant une chirurgie : est-ce dangereux ?

Jusqu’ici le corps médical n’a pas de preuve concrète quant aux effets de la vape sur le corps et les risques qu’elle présente avant une intervention chirurgicale. S’il se trouve que la cigarette classique est à l’origine de monoxyde de carbone qui, une fois inhalé, peut contracter les vaisseaux sanguins et ralentir la vitesse d’oxygénation des cellules du corps, la vapeur de l’e-cig ne produit aucun CO. Cependant, les médecins recommandent aux patients de ne pas vapoter en raison du manque de données sur ses réels effets.

C’est d’ailleurs un fait, le corps agit souvent de manière imprévisible. Voilà pourquoi les médecins interdisent aux patients de manger ou de boire avant une opération chirurgicale pour éviter les passibles vomissements.

À cause du manque de renseignement sur les conséquences de la vape sur le corps durant une opération, le corps médical déconseille cette pratique. Pour éviter les complications durant l’intervention, veillez à consulter votre chirurgien à ce propos. Notez que si vous avez vapoté les 6 heures précédant votre opération, votre médecin peut refuser de vous opérer. Aussi, il se peut que votre responsabilité puisse être engagée dans le cadre de complication.

En d’autres termes, si jamais vous avez vapoté durant les 6 heures avant votre intervention chirurgicale, vous devez absolument en aviser votre chirurgien traitant.

coloscopie

Le tabac et la cicatrisation

D’après les avis des médecins, une opération est favorable 45 jours après avoir arrêté de fumer. Un fumeur peut effectivement faire l’objet de nombreuses complications s’il se fait opérer dans cet état. Si l’on ne cite que ce dernier que présenter des problèmes pulmonaires. Aussi, le tabac peut multiplier par trois le risque de complication cardiaque durant une coloscopie, voire même l’infarctus.

Plus encore, il s’avère que le tabac présente des conséquences sur la cicatrisation des plaies après une chirurgie. La vape peut en faire de même, donc faite bien attention !

Par ailleurs, la nicotine contenue dans les cigarettes classiques a des effets inhibitifs dans le processus de cicatrisation. Ce qui fait qu’une plaie qui cicatrise plus lentement est plus exposée à l’infection.

La médecine a également détecté un ralentissement du processus de reconstruction osseuse chez les patients fumeurs. Ce qui est entièrement avéré et insiste davantage sur les dangers de la cigarette classique sur la santé.

Cela fait qu’un bon nombre de fumeurs profitent de leur chirurgie pour arrêter définitivement de fumer une cigarette.