maladie des poux

Les poux sont des insectes hématophages. On les appelle ainsi parce qu’ils se nourrissent du sang. Constituées d’une tête et d’un corps avec trois paires de pattes, ces bestioles peuvent causer de nombreux dégâts sur l’être humain. Dans cet article, nous vous parlerons principalement des infections qu’elles peuvent transmettre à l’homme.

Quelles sont les différentes espèces de poux qui existent ?

Trois espèces de poux peuvent parasiter l’homme. En premier, nous avons les poux de tête (Pediculus humanus capitis), responsables de la pédiculose du cuir chevelu. Ils sont les plus fréquents. Ce sont de minuscules insectes de 1 à 3 mm, qui vivent dans la chevelure. Ils affectent surtout les enfants, mais les grandes personnes ne sont pas épargnées. Les méthodes classiques qu’on utilisait pour les combattre ne sont plus d’actualité. Vous devez avoir recours à de nouvelles techniques validées que vous pouvez voir sur le site de ce professionnel. Ensuite, il y a les poux du pubis encore appelés « morpions ». Responsables de la phtiriase humaine, ils sont transmis sexuellement. Enfin, nous avons les poux de corps (agent de la pédiculose humaine corporelle).

Les infections humaines transmises par les poux

pouxAutant le préciser au début, ce n’est pas toutes les espèces de poux qui sont vecteurs de maladies. C’est principalement le pou de corps qui transmet à l’homme des infections septicémiques. Ces maladies sont au nombre de trois au total et affectent généralement des personnes vivant dans des conditions d’hygiène précaire.

Le typhus exanthématique (épidémique)

L’agent responsable du typhus épidémique est le Rickettsia prowazekii dont le réservoir est humain. Cette maladie a marqué l’histoire des guerres et des révolutions. Elle avait, par exemple, entraîné une grande mortalité dans les camps de concentration nazis pendant la Deuxième Guerre. Avec le temps, elle a lentement disparu, mais est demeurée endémique dans les régions montagneuses d’Afrique (Burundi, Rwanda, Ouganda, Éthiopie), d’Amérique latine (Pérou), d’Asie centrale (Népal, Tibet) et tous sites historiques liés au manque d’hygiène vestimentaire et aux mauvaises conditions socio-économiques mondiales. Elle se manifeste par une fièvre très élevée et parfois une éruption cutanée maculopapuleuse pouvant devenir très purpurique. Le typhus épidémique peut causer la mort.

La Fièvre récurrente à poux

Cette pathologie est due à un spirochète, Borrelia recurrentis. Sa transmission a lieu par l’écrasement du pou. Le réservoir de la maladie est strictement humain. De manière clinique, la fièvre récurrente à poux apparait par un frisson suivi d’une brusque poussée fébrile à 40 °C après une incubation silencieuse de 3 à 20 jours (moyenne de 7 jours). Cette fièvre est associée à des céphalées intenses, des myalgies, des arthralgies, des douleurs abdominales. S’ensuivent ensuite des nausées, des vomissements, d’anorexie, etc.  Le patient est pétrifié, sans tuphos, parfois agité. La survenue d’un rash maculo-papuleux ou pétéchial n’est pas impossible.

La fièvre des tranchées

La fièvre des tranchées est causée par un microorganisme, Bartonella quintana raison pour laquelle on parle aussi d’infection à Bartonella quintana. Elle a émergé pendant la Première Guerre mondiale. C’est une maladie qui peut être asymptomatique, mais elle peut aussi se caractériser par la fièvre pouvant être isolée ou accompagnée de myalgies, d’arthralgies, de céphalées et d’une splénomégalie. De nos jours, cette maladie est ré-émergente chez les individus sans domicile fixe des zones urbaines, ainsi que chez des patients infectés par le VIH.