La maladie coeliaque est une maladie auto-immune et une maladie chronique atteignant le système digestif. Cette pathologie est due à l’intolérance au gluten. Toutefois, des études scientifiques ont permis de définir qu’une personne peut présenter une Sensibilité au gluten non cœliaque (SGNC). Le diagnostic de la maladie cœliaque s’avère complexe et prend au moins une dizaine d’années.

Les symptômes de la maladie cœliaque

Classée dans la catégorie des maladies auto-immunes, la maladie cœliaque résulte de l’intolérance au gluten et cause une inflammation qui attaque les villosités de l’intestin grêle. Les parois de l’intestin assure l’absorption des vitamines, des minéraux et des nutriments, une fonction vitale pour l’organisme.

La maladie cœliaque se caractérise par un dysfonctionnement du système digestif et se manifeste par des signes comme la diarrhée, la constipation, des douleurs abdominales, des ballonnements… Les symptômes peuvent être associés à un léger trouble de la digestion, un syndrome de l’intestin irritable ou une allergie alimentaire comme à d’autres pathologies graves relatives au déséquilibre d’un organe digestif. Cette confusion complique considérablement le diagnostic de la maladie cœliaque.

L’établissement du diagnostic se fait en plusieurs étapes et s’étale généralement sur une douzaine d’années. Une prise de sang en vue de la réalisation de tests sérologiques est nécessaire, dans un premier temps. Une biopsie intestinale est ensuite réalisée. Enfin, pour confirmer le diagnostic, le spécialiste soumet la personne concernée à un régime alimentaire sans gluten pendant une période définie. À l’issue du programme, des observations portant sur l’état de santé et sur des éléments spécifiques pourront déterminer si le patient souffre de la maladie cœliaque.

Le sans-gluten : prévention de la maladie cœliaque

La maladie cœliaque est provoquée par l’incapacité de l’intestin grêle à absorber le gluten. Cet ensemble de protéines est présent dans certaines céréales et notamment dans le blé, l’orge, le seigle, l’épeautre. Les scientifiques ont mené des recherches qui ont permis d’établir que la grande majorité des patients atteints présentent une prédisposition génétique à la maladie cœliaque.

Ces personnes peuvent éviter la maladie cœliaque en adoptant un régime alimentaire sans gluten, soit en bannissant de leur alimentation toutes les céréales et les produits céréaliers affichant la présence de gluten tels que les semoules, les pâtes, la farine de blé, de seigle, d’épeautre, d’orge.

Traiter les intolérances au gluten

Le régime strict sans gluten constitue l’unique traitement de toutes les formes d’intolérances au gluten.

Les patients atteints de la maladie cœliaque doivent obligatoirement consommer des aliments sans gluten pour ne pas s’exposer à des complications dont :

  • un retard de croissance chez les enfants ;
  • une carence en fer entraînant une anémie ;
  • des problèmes au niveau des articulations et particulièrement l’arthrite ;
  • une ostéoporose due à l’incapacité de l’intestin grêle à absorber le calcium ;
  • une dermatite herpétiforme : démangeaisons et sensations de brûlure sur la peau puis apparitions de cloques rouges localisées essentiellement sur les fesses, les coudes et les genoux. Environ 20 % de la population générale présente une dermatite herpétiforme ;
  • cancers : lymphome intestinal, cancer de l’œsophage, cancer de l’intestin ;
  • la malnutrition, etc.

Par ailleurs, l’exclusion définitive du gluten régénère les villosités intestinales et permet à l’intestin grêle de retrouver ses fonctions optimales.