cornée oeil

Une bonne vision est tributaire du bon fonctionnement des différents composants de l’œil, notamment le cristallin, la rétine et la cornée. Ce sont les actions et les interactions de ces différents éléments qui permettent de « voir ». S’il est hautement ingénieux, le mécanisme de la vision est aussi fragile. On en fait le constat quand la cornée, du fait d’une déformation, n’est plus en mesure de faire converger correctement la lumière. Cette observation est faite le plus souvent en cas de kératocône, ce qui appelle à un renforcement de la cornée.

Comment fonctionne la cornée ?

La cornée se présente comme un tissu transparent et sans vaisseaux sanguins, situé sur la face avant de l’œil. C’est ce composant qui est responsable de la convergence des rayons lumineux qui sont captés par l’œil, traversent le cristallin et parviennent à la rétine. La cornée doit posséder une certaine courbure afin de garder la capacité de convergence nécessaire à la conservation d’une bonne acuité visuelle. Le besoin de renforcer la cornée apparaît quand elle n’est plus en mesure d’assurer correctement son rôle à cause d’une difformité qui modifie sa géométrie naturelle en lui donnant une forme de cône. La capacité optique de l’œil est en grande partie due à la cornée. Celle-ci se divise en 3 couches principales. En partant de la couche supérieure à la couche inférieure, vous avez : l’épithélium cornéen, la membrane de Bowman et le stroma, qui est l’élément constitutif le plus important en termes de proportion (90 %). Le degré de courbure et la transparence sont des facteurs clés d’une vision de qualité. Renforcer la cornée peut donc permettre de retrouver le pouvoir optique perturbé par une courbure anormale. S’il vous faut des conseils pour garder une bonne vision, visitez le site Astuce Santé.

Quand opter pour un renforcement de la cornée ?

Ce recours est recommandé en présence d’un kératocône qui se manifeste par une déformation de la cornée dont la courbure perd en régularité. Comme symptômes, on retient la déformation de la vision accompagnée d’une réduction de l’acuité visuelle. Le sujet devient aussi plus sensible à la lumière. La cause de cette pathologie n’est pas vraiment connue, même si la thèse d’une origine génétique est souvent évoquée.

Elle peut apparaître à n’importe quel âge, même si son diagnostic est souvent posé chez les adolescents. Renforcer la cornée se présente comme l’une des meilleures solutions pour un retour à la normale. Toutefois, en premier recours la pose de lentilles de contact semi-rigides, rigides ou souples, est choisie pour corriger la forme irrégulière de la cornée. Cette opération n’est pas toujours couronnée de succès, ce qui peut amener à envisager une autre option, celle de la chirurgie.

Renforcer la cornée par la pose d’anneaux intra-cornéens

En forme de demi-cercle, les anneaux intra-cornéens sont fabriqués en polyméthacrylate de méthyle et sont mis en place afin d’apporter un changement mécanique du tissu cornéen. Ce sont ces petits implants qui permettent de renforcer la cornée. Comment ça se passe ?

Après l’anesthésie de l’œil concerné, l’opération peut débuter. C’est une chirurgie de précision réalisée à l’aide d’un laser femtoseconde qui sert à la dissection des tunnels qui sont destinés à accueillir les anneaux pour lesquels une ouverture est ménagée pour leur servir de point d’accès. Le praticien procède ensuite délicatement à l’introduction des implants dans le tissu cornéen. Les anneaux sont posés en périphérie de la cornée afin d’en réduire l’aspect bombé. Il est important de préciser que le kératocône est généralement bilatéral. Il est donc nécessaire de renforcer la cornée sur les deux yeux.

L’opération est souvent effectuée sur un œil à la fois, les chirurgiens préférant évaluer les effets de la première intervention avant de passer au second œil. Le délai d’attente est variable et est laissé à l’appréciation du praticien. Le centrage et la profondeur de pose font partie des facteurs qui déterminent le succès de l’opération. Afin d’éviter toute complication et tout risque d’infection, des anti-inflammatoires et des antibiotiques en collyre sont prescrits au patient.

Le cross-linking

Le cross-linking est une autre option à tenter pour renforcer la cornée. Quel est son principe ? Provoquer la rigidification de la cornée par l’action de la riboflavine sensible à la lumière et des rayons ultra-violet. On commence par déposer la riboflavine sur la cornée et on la fait ensuite réagir en l’exposant aux rayons ultra-violets afin d’initier une réaction en chaîne qui stimule des combinaisons chimiques au niveau moléculaire entre les composants du collagène. L’instauration de ces nouvelles liaisons redonne plus de rigidité à la cornée, ce qui au passage met un terme à l’évolution du kératocône.

L’intervention pour renforcer la cornée est réalisée sous anesthésie et nécessite l’usage d’un écarteur qui permet de garder les yeux ouverts durant la phase d’exposition aux UVA. Après l’opération, le patient portera une lentille de protection sur ses yeux en attendant que la couche de l’épithélium se regénère. Cette intervention n’est pas recommandée si la pathologie est trop prononcée. Tout comme dans le cadre de la pose des anneaux intra-cornéens dans le but de renforcer la cornée, le patient bénéficie d’un suivi rigoureux. Il est tenu de prendre des antibiotiques et des anti-inflammatoires topiques jusqu’à ce que la régénération de l’épithélium soit effective.