soigner un précoce

Si l’éjaculation est souvent synonyme de plaisir incontestable dans un couple, surtout pour l’homme, une arrivée trop rapide ne laisse pas assez de temps à sa partenaire pour profiter amplement du moment. En France, plus de 20 % des hommes sont atteints par ce trouble sexuel. Un homme est touché par l’éjaculation précoce si cette dernière survient en moins de trois minutes après le début des relations intimes. Mais qu’est-ce réellement que l’éjaculation précoce ? Quelles en sont ses causes et surtout, comment faire pour la soigner ?

Qu’est-ce que l’éjaculation précoce ?

S’il y a bien un sujet tabou auquel de nombreux hommes sont confrontés dans leur vie de couple, c’est bien l’éjaculation précoce. Ce trouble sexuel peut avoir de nombreuses conséquences s’il n’est pas soigné rapidement : manque de confiance en soi, infidélité de la femme, trouble physique, émotionnel et surtout mental.

Définition scientifique de l’EJP

L’éjaculation précoce ou EJP est un trouble sexuel qui contraint un homme à éjaculer trop tôt sans donner assez de temps à sa partenaire pour en profiter. L’homme a du mal à contrôler ses érections, un fait qui peut être gênant à long terme. En 2008, la ISSM (International Society for Sexual Medicine) le définit en se référant à trois critères principaux : le délai entre l’introduction du pénis et l’éjaculation, l’incapacité de la retarder et le sentiment d’insatisfaction de l’un ou des deux partenaires.

Un homme atteint de l’éjaculation précoce éjacule généralement entre 15 secondes à 2 minutes. Ce n’est pas une maladie étant donné qu’il est en bonne santé du point de vue physique. L’EJP peut être intermittente, transitoire ou constante au fil du temps. Elle peut intervenir au moment de se dévêtir, durant les préliminaires, tout juste quelques secondes après la pénétration ou à l’issue de quelques poussées pelviennes.

Différence entre éjaculation primaire et secondaire

Selon l’ISSM, l’éjaculation précoce se présente sous deux formes : l’éjaculation primaire et l’éjaculation secondaire. L’éjaculation précoce est qualifiée d’éjaculation primaire si elle est présente dans la vie de l’homme depuis ses premières relations sexuelles avec une femme. Par contre, si l’homme a déjà connu une longue période satisfaisante sexuellement avant que le trouble ne survienne, on parle alors d’éjaculation secondaire.

stress de la relation

Quelles sont les principales causes de l’éjaculation précoce ?

Les origines de l’éjaculation précoce peuvent être diverses avec des manifestations différentes d’un individu à un autre. En général, elle est due soit à un défaut d’apprentissage de la montée de l’excitation, soit à des causes pathologiques. Le stress, l’anxiété et les problèmes relationnels peuvent aussi induire l’éjaculation prématurée.

Défaut d’apprentissage de la montée de l’excitation

La montée de l’excitation exige bien un apprentissage pour jouir entièrement des relations intimes dans un couple. En raison d’un défaut d’apprentissage de cette montée de l’excitation, souvent provoqué par des plaisirs solitaires où l’unique objectif est de se « soulager », l’homme pourrait alors éjaculer trop rapidement. Cette cause est surtout reliée à l’éjaculation primaire.

Causes pathologiques

Parfois, l’éjaculation précoce peut être le signe que l’homme est en fait atteint d’une grave maladie affectant sa sexualité de façon significative. L’individu peut par exemple avoir une dysthyroïdie, une infection urinaire ou un dysfonctionnement érectile.

Stress, anxiété & problèmes relationnels

Il se pourrait également que le stress, l’anxiété et les problèmes relationnels soient à l’origine de l’éjaculation précoce. Un homme toujours stressé et qui n’est pas en bon terme avec sa partenaire aura du mal à tenir longtemps au lit et à contrôler ses mouvements.

Quelles sont les solutions à l’éjaculation précoce ?

L’éjaculation précoce est bel et bien un trouble sexuel qu’on peut guérir. Pour ce faire, plusieurs thérapies sont possibles : le recours aux médicaments, aux produits retardants ou encore aux méthodes comportementales et à la sexothérapie.

Médicaments

Actuellement, un seul médicament possède une autorisation légale pour assurer un traitement efficace contre les éjaculations précoces, il s’agit de la dapoxétine, un inhibiteur sélectif de la recapture de la sérotonine. Ce médicament se vend dans les pharmacies sous le nom de PRILIGY. Tout individu masculin âgé de 18 à 64 ans atteint de l’éjaculation précoce peut en faire usage pour espérer prolonger le délai entre le début des rapports et l’éjaculation (jusqu’à x3). Toutefois, il faut noter que Priligy peut provoquer quelques effets secondaires chez certains hommes : maux de tête, diarrhée, étourdissements ou encore nausées.

Produits retardants

S’il n’existe encore actuellement qu’un seul médicament possédant une autorisation de mise sur le marché ou AMM pour le traitement de l’éjaculation précoce, les produits retardants sont nombreux pour avoir l’embarras du choix. Ils sont généralement proposés sous forme de gel ou de spray à appliquer sur le pénis avant la pénétration. Il existe aussi des préservatifs imbibés d’anesthésiques locaux pour faire durer le coït beaucoup plus longtemps et ainsi faire mieux jouir sa partenaire.

Méthodes comportementales et sexothérapies

Le traitement le plus efficace pour soigner l’éjaculation précoce est d’opter pour des méthodes comportementales, comme le stop and go. Les deux partenaires doivent apprendre à se faire confiance pour éviter que le stress ne prenne le dessus. Certaines positions sexuelles sont plus favorables pour retenir l’éjaculation, comme par exemple l’Andromaque. Enfin, le couple peut aussi passer par une sexothérapie qui vise à identifier le véritable fond du problème pour obtenir une solution sur-mesure. Nombreux sexologues proposent ce genre de service.