Les addictions peuvent se construire autour d’une multitude d’objets différents. Des écrans au chocolat en passant par le sport ou l’alcool, les profils et les histoires personnelles des individus sont souvent en grande partie responsables de l’apparition de troubles comportementaux addictifs. Pour s’en libérer, il existe divers moyens. Avant de passer aux solutions médicamenteuses lourdes, il peut être intéressant de se tourner vers des pratiques naturelles, comme par exemple l’auriculothérapie.

L’auriculothérapie est une méthode de plus en plus utilisée pour traiter les addictions. Le pavillon de l’oreille est en effet une zone très particulière parcourue d’une multitude de points sensibles et reliés à un certain nombre de fonctions de l’organisme. Dans une démarche d’arrêt tabac, mais aussi dans le traitement de la douleur, des bouffées de chaleur ou même de troubles psychiatriques mineurs, cette méthode a fait ses preuves et il est temps de mieux la faire connaître au grand public. Présentation.

L’auriculothérapie, qu’est-ce que c’est ?

L’auriculothérapie est une médecine naturelle, codifiée par le docteur Paul Nogier, un praticien français originaire de Lyon, dans les années 50. Cette méthode de soins s’apparente à l’acupuncture chinoise en cela qu’elle utilise les points réflexes du pavillon de l’oreille pour agir sur des troubles fonctionnels à l’aide petites aiguilles. L’idée est de soulager le patient sans que celui-ci n’ait d’efforts conscients à faire et cette méthode fonctionne particulièrement bien dans les démarches d’arrêt tabac.

Pour utiliser les propriétés réactives du pavillon de l’oreille, le docteur Paul Nogier et les spécialistes de l’auriculothérapie ont d’abord procédé à une cartographie minutieuse et complexe de l’organe de l’ouïe. Afin d’optimiser les interventions, les chercheurs ont également développé des outils autres que les simples aiguilles utilisées dans la méthodologie chinoise. Aimants, massages et électrostimulation font ainsi partie des leviers utilisés en séance.

arrêt tabac

Auriculothérapie et arrêt tabac

L’auriculothérapie a été reconnue officiellement par l’Organisation Mondiale de la Santé en 1990. Cette consécration du monde médical lui a permis de se développer et aujourd’hui de nombreux troubles fonctionnels peuvent être traités ou accompagnés à l’aide de cette méthode naturelle. Elle présente l’avantage de ne pas avoir d’effets secondaires, d’être accessible à tous sans matériel lourd et notamment de pouvoir favoriser un arrêt tabac rapide et durable.

Pour aider les patients à se sevrer, l’auriculothérapie agit sur le manque physique. C’est dans ce but précis que le praticien va, après avoir échangé longuement avec son patient autour de son addiction, identifier les quatre zones reliées au manque sur le pavillon de l’oreille. Ensuite, les méthodologies fluctuent en fonction des cas mais, en général, l’intervention consiste à placer des petits clous de 3 mm sur ces points puis de prescrire au patient d’y faire passer un aimant lorsque l’envie de fumer devient irrépressible.

Le sevrage tabagique et ses implications

L’auriculothérapie est donc un outil puissant au service du sevrage tabagique. Le manque physique est en effet une composante essentielle des sautes d’humeur et autres irritabilité qui caractérisent les périodes de sevrage. Cependant, il est important de comprendre que l’arrêt tabac passe aussi par le questionnement de ses habitudes, une résolution ferme d’atteindre ses objectifs et surtout une motivation à toute épreuve pour surmonter les périodes difficiles.

C’est pourquoi une séance d’auriculothérapie bien menée se base autant sur l’intervention du praticien que sur sa relation avec le patient. Les professionnels estiment que le facteur volonté est au moins responsable de la moitié des résultats positifs. Certains praticiens choisissent donc de prescrire en complément de leur intervention des gommes à mâcher ou bien des patchs pour accompagner les patients et leur donner toutes les chances de se libérer de leur addiction.