Le cancer du pancréas est à ce jour l’une des maladies dégénératives les plus redoutées. Dans ce cas précis, la tumeur est particulièrement agressive et affaiblit rapidement le patient. Bien qu’un dépistage précoce améliore considérablement le pronostic vital des souffrants, traiter cette affection n’est pas une mince affaire. D’où l’intérêt d’associer la chimiothérapie avec des méthodes moins conventionnelles comme la phytothérapie.

Le cancer du pancréas : une maladie meurtrière

Chaque année, près de 10 000 cas de cancer du pancréas sont répertoriés en France et un quart des patients périssent de cette maladie. Cela s’explique en grande partie par les spécificités de cette affection. En effet, la tumeur est rarement opérable et bien trop souvent la chimiothérapie et le seul recours des malades. Malgré les progrès réalisés dans ce domaine, les chances de survie ne dépassent pas 25% sur 5 ans. Ce faisant, les risques de rechute restent élevés. Seul un diagnostic précoce pourra offrir de meilleures perspectives aux patients.

Ceci dit, les symptômes varient d’une personne à l’autre. Si quelques-uns ressentent des douleurs derrière l’estomac, d’autres constatent une réelle perte d’appétit. À un stade avancé, l’apparition d’une jaunisse laisse peu de doutes sur la question. Néanmoins, il faudra subir de nombreux examens pour confirmer l’hypothèse d’un cancer du pancréas.

Dans la majorité des cas, le médecin recommandera la réalisation d’une échographie ou d’une IRM pour détecter la présence de lésions cancéreuses. Après avoir obtenu ces clichés, il faudra encore prévoir une écho-endoscopie. Cette variante de la fibroscopie permet d’examiner le pancréas et de réaliser une biopsie par la même occasion. Le tissu prélevé fera ensuite l’objet d’une analyse histologique pour connaitre les caractéristiques de la tumeur. Une fois les résultats en main, l’équipe soignante sera en mesure de définir un plan de traitement adapté.

Dans tous les cas, la dégénérescence de cet organe impacte directement sur la digestion ainsi que sur la régulation du taux de la glycémie dans le sang. C’est ce qui explique l’affaiblissement rapide du patient. Il est impossible d’inverser ce processus. Toutefois, des études prouvent qu’on peut ralentir la propagation de la maladie en associant une chimiothérapie à la prise d’extraits de Pao Pereira.

Quelles sont les vertus de la plante du Pao Pereira ?

La chimiothérapie reste le traitement de référence pour lutter contre un cancer. Les médecins ont le choix entre plusieurs médicaments cytotoxiques. Malheureusement, ces substances affecteront également les tissus sains. Leurs actifs limitent la multiplication cellulaire au niveau de la moelle osseuse. Dès la deuxième semaine, le taux de plaquettes sanguines et de globules blancs diminue. Si cette situation persiste, le malade sera exposé à un risque accru d’hémorragie interne. Il est alors courant que le médecin soit dans l’obligation d’interrompre la cure jusqu’à ce que ce taux remonte de nouveau.

Conscients de cet inconvénient, les scientifiques cherchent activement un moyen naturel pour lutter contre le cancer. Ce champ de recherche donna le jour à la phytothérapie antitumorale et cette discipline a déjà permis de réaliser quelques avancées. On citera particulièrement la découverte des propriétés anticancéreuses de certains végétaux, dont le Pao Pereira. Cette plante contient notamment de la flavopéreirine. Cette substance ralentit la multiplication des cellules malignes en agissant directement sur la transcription de l’ADN. Le Professeur Beljanski fut l’un des premiers chercheurs à découvrir cet actif naturel. En savoir plus sur le blog de Sylvie Beljanski.

Il a réussi à développer un produit permettant d’inhiber les cellules souches cancéreuses. Dans le cadre d’un cancer du pancréas, cet extrait naturel sera salutaire. Cependant, les souffrants ne pourront pas se passer d’une chimiothérapie. Les agents chimiothérapeutiques s’attaqueront alors à une tumeur de plus petite taille. Ce qui augmente considérablement les chances de survie. Ce traitement à base de Pao Pereira permettrait également de prévenir une rechute. Avant d’entamer une cure, il est toutefois fortement conseillé de demander l’avis de son médecin traitant.

L’efficacité des extraits naturels de Beljanski

À l’heure actuelle, plusieurs produits issus des recherches du professeur Beljanski circulent sur le marché. Pour profiter de tous les bienfaits de ces derniers, on privilégiera les extraits naturels brevetés. Dans cette catégorie, les préparations à base de fragments d’ARN constituent aussi une alternative intéressante pour atténuer les effets secondaires d’une chimiothérapie. Elles préservent les défenses de l’organisme pendant toute la durée du traitement.