En perpétuelle évolution, le système de soins a besoin de professionnels aguerris. Le pharmacien hospitalier fait partie de ces métiers clés permettant au système de soins de fonctionner correctement.

Les pharmaciens hospitaliers en France

En France métropolitaine et Outre-mer, nous dénombrons plus de 7 700 pharmaciens dont 75% d’entre eux sont des femmes. La majorité des pharmaciens exercent dans des établissements publics.

En relation constante avec les médecins et le personnel administratif, les pharmaciens hospitaliers gèrent à eux seuls environ 15% du budget global d’un établissement de santé.

Leurs activités sont variées : prise en charge des patients, réalisation de préparations stériles, etc.

Les missions variées du pharmacien hospitalier

Acteur central de la prise en charge des patients au sein des établissements de santé et médicosociaux, le pharmacien hospitalier assure plusieurs missions comme l’analyse des prescriptions, la préparation des doses à administrer, la délivrance des médicaments et le bon usage de ceux-ci. Il s’agit d’un métier clé dont le rôle majeur est d’assurer la qualité et la sécurité de prise en charge des patients.

Le pharmacien hospitalier dispense des médicaments et autres dispositifs médicaux stériles (DMS) aux patients hospitalisés ou en service ambulatoire.

Depuis peu, il assure aussi une nouvelle mission de pharmacie clinique. Pour cela, il est amené à prendre en charge des bilans de médication ainsi que la conciliation médicamenteuse. Une mission indispensable pour gérer de façon optimale les entrées et les sorties des patients.

Dans certaines spécialités, le pharmacien hospitalier peut réaliser des préparations personnalisées stériles ou non, assurer le contrôle des matières premières et des préparations terminées, intervenir dans la recherche biomédicale et participer aux essais cliniques et à la mise en place de thérapies innovantes.

Le pharmacien hospitalier est également parfois amené à mettre en place des alternatives thérapeutiques.

Pendant la crise sanitaire, le pharmacien hospitalier s’est révélé être un métier clé du système de soins en France

Durant la crise sanitaire, les pharmaciens hospitaliers ont été d’une aide précieuse. Moteurs dans la gestion des vaccins, ils ont notamment dû faire face aux tensions d’approvisionnements en médicaments en service de réanimation.

Les pharmaciens hospitaliers ont connu, pendant cette période, des demandes accrues en médicaments et dispositifs médicaux stériles. Ils ont aussi été amenés à gérer les besoins importants en équipements de protection individuelle (EPI).

Vers des évolutions du métier ?

Participant à l’innovation thérapeutique, le métier de pharmacien hospitalier a connu des évolutions importantes en 30 ans. Des évolutions notamment en ce qui concerne la prise en charge des patients, une mission devenue de plus en plus complexe et technique. En effet, pour être au plus proche des besoins des patients, les activités de pharmacotechnie se veulent de plus en plus performantes et personnalisées.

Le métier de pharmacien hospitalier évolue également vers une autre dimension, celle de l’interopérabilité. L’informatisation des données de santé, la multiplication des outils numériques tels que le DP (Dossier Pharmaceutique) ou le DMP (Dossier Médical Partagé), et la multiplicité des logiciels utiles à la PUI (Pharmacie à Usage Intérieur) demandent aux pharmaciens hospitaliers de travailler davantage dans le dialogue avec notamment la PUI mais aussi les autres services de l’hôpital voire même d’autres PUI et professionnels de santé du territoire.

L’objectif étant de perfectionner la prise en charge des patients en facilitant le partage des données de santé des patients tout en sécurisant ces données sensibles.

Quelle formation et quel profil pour devenir pharmacien hospitalier ?

Tout le monde n’est pas fait pour exercer le métier de pharmacien hospitalier. Plusieurs qualités sont des pré-requis essentiels au bon épanouissement du pharmacien hospitalier dans son travail. Ce dernier doit notamment faire preuve d’adaptabilité et d’organisation tout en sachant travailler en équipe, en étant force de proposition et en disposant d’un excellent relationnel avec autrui.

Une fois ces pré-requis validés, un parcours d’études intense attend les futurs pharmaciens hospitaliers. En effet, pour devenir pharmacien hospitalier, un socle commun des études pharmaceutiques (niveau bac+6) est nécessaire.

À l’issue de la 5ème année d’études, les étudiants peuvent passer le concours d’internat de pharmacie et ainsi s’orienter vers un cursus de 4 années supplémentaires pour se spécialiser dans des domaines variés (pharmacie clinique, stérilisation, radiopharmacie, médicaments de thérapie innovante, etc.).

Les étudiants diplômés se verront toutefois récompensés puisque, d’une part, le salaire du pharmacien hospitalier est attractif, il avoisine les 4 200 euros brut mensuel en début de carrière et atteint jusqu’à 7 500 euros brut mensuel en fin de carrière. Pour plus de renseignements sur les salaires des pharmaciens en officine, consultez la grille de salaire du pharmacien (grille et coefficient) de Team Officine.

D’autre part, ce métier est en tension, de nombreuses offres d’emploi se bousculent sans trouver preneur. Une aubaine pour les jeunes diplômés qui trouvent aisément un poste. Une filière prometteuse qui devra pour autant convaincre les étudiants d’entamer un cursus ambitieux.