Outil de mesure de la pression artérielle

À l’origine de plus de deux tiers des troubles vasculaires et de la moitié des maladies coronariennes, l’hypertension est reconnue comme étant un problème majeur de santé. De nos jours, bon nombre de traitements sont accessibles pour lutter contre ce fléau. Sans pour autant avoir recours à la prise de médicaments, la stabilisation de la tension artérielle peut être envisagée par une approche plus naturelle.

Faire des activités physiques contribue à améliorer la condition physique et mentale. Mais étant sujet à l’hypertension, débuter un programme sportif pourrait comporter des risques. Il est donc capital de favoriser les sports compatibles avec cet état de santé.

L’hypertension et le sport sont-ils vraiment compatibles ?

Au repos, la pression systolique/diastolique est considérée comme anormale si elle dépasse les 140/90 mm de mercure. En effet, elle est manifestement liée à une perte d’élasticité au niveau des parois des artères. Cela traduit l’incapacité grandissante de ces vaisseaux à s’adapter aux variations de pression induites par l’activité du cœur. Le risque d’infarctus et d’accident vasculaire cérébral devient alors très important.

Beaucoup pensent qu’une activité physique solliciterait bien plus l’effort cardiaque et mettrait à l’épreuve le système cardio-vasculaire tout entier, mais détrompez-vous. Selon le Dr. Patrick Bacquaert de l’Institut de recherche du bien-être de la médecine et du sport santé, pratiquer une activité physique d’intensité faible à modérée et de longue durée comme le jogging est recommandé et permet de contrôler la tension artérielle. À contrario, il est fortement déconseillé de s’attaquer aux sports nécessitant un effort intense et court, mais aussi les sports isométriques à l’instar de nombreux exercices de musculation qui imposent une contraction longue des muscles.

Le footing comme solution à l'hypertension

Les activités physiques recommandées en cas de haute pression sanguine

Pour bénéficier des vertus thérapeutiques du sport, il est conseillé de réaliser 30 minutes d’exercices trois fois par semaine.

D’après le cardiologue Philippe Van de Borne, la perte de sel liée à la transpiration favoriserait la baisse de la tension. De plus, la dilatation des artères, provoquée par le flux sanguin qui s’élève, diminue la tension au moment du repos après l’entrainement sportif. Enfin, l’activité du système nerveux parasympathique est prédominante. Non seulement responsable du ralentissement du rythme cardiaque, elle participe aussi au soulagement de la tension artérielle.

Parmi les nombreuses activités physiques pratiquées de nos jours, les sports d’endurance et de type aérobie sont vivement conseillés pour les hypertendus. Grâce à leurs actions sur le métabolisme, les activités préconisées travaillent les muscles en intensité modérée et ne les contractent que par intermittence. Parmi les exercices les plus adaptés, on retrouve notamment la marche rapide, le vélo, la course à pied régulière et la natation.

Limites, suivi et objectif contre l’hypertension

D’après une étude menée par l’INSRM (Institut national de la santé et de la recherche médicale), l’âge et l’hygiène de vie influent sur votre capacité à atteindre un seuil critique. Pour éviter toute contrainte pouvant nuire à la santé durant l’exercice, deux facteurs sont à suivre rigoureusement : veillez à ce que la fréquence cardiaque ne dépasse pas les 220 pulsations par seconde, soustrait de votre âge. Le résultat obtenu sera donc les 80% du chiffre obtenu. En d’autres termes, si vous avez 50 ans : 220 – 50 = 170 x 80% = 136. Il est donc interdit de dépasser 136 battements par minute à l’âge de 50 ans.

Le facteur suivant est le souffle : évitez à tout prix de vous essouffler, il faut toujours être capable de parler lors de l’effort. Si ce n’est pas le cas, cela signifie que vous avez atteint votre limite et il faut impérativement arrêter et marquer un temps de pause.

Pour un hypertendu, pratiquer une activité physique et sportive peut nécessiter le suivi médical d’un cardiologue. Il déterminera si le sujet est apte ou non à l’entraînement que ce dernier a prévu. Il sera en charge de s’assurer du bon fonctionnement du système cardio-vasculaire ainsi que de l’évolution de la pression artérielle au fil du temps.

Une activité physique modérée équivaut à un traitement médicamenteux contre l’hypertension. L’objectif du sport est de régulariser la tension artérielle au repos en dessous de 140/90 mm de mercure. Complémentaires à la baisse du taux de sel et à la perte de poids, ces éléments réunis ne sont pas à négliger dans le cas d’une hypertension.