Le miel est depuis longtemps considéré comme un aliment de grande valeur nutritionnelle et thérapeutique. Il est composé de deux monosaccharides (glucose et fructose) et est riche en plusieurs minéraux divers, protéines, vitamines, acides organiques, flavonoïdes, acides phénoliques et enzymes. Ces composés ont une activité antimicrobienne, antioxydante, anti-inflammatoire, hépatoprotectrice, antidépressive et immunomodulatrice. Ils ont tendance à varier en fonction des conditions météorologiques et géographiques de la source de pollen.

La composition du miel

Le miel est composé de 95 à 98 % d’hydrates de carbone, les sucres simples (qui représentent 60 à 70 %), le glucose et le fructose. Parmi les sucres simples, on trouve également plusieurs mono-, di-, tri- et oligosaccharides, dont le tréhalose, l’arabinose, le turanose, l’erlose, le saccharose, le maltose et le raffinose.

Parmi les protéines, les acides aminés d’importance physiologique sont l’arginine, la cystéine, l’acide glutamique, l’acide aspartique et la proline. La composition des acides aminés varie considérablement ; la leucine étant considérée comme l’acide aminé le plus variable dans le miel.

Comme certains acides aminés sont des précurseurs de composés volatils, on suppose qu’il peut y avoir une relation corrélative entre la composition des acides aminés et l’arôme. Le miel d’eucalyptus peut être caractérisé par sept composés volatils. En revanche, cinq composés volatils caractéristiques sont associés au miel de lavande. Les quantités de phénylalanine et de tyrosine trouvées dans ces types de miel sont beaucoup plus élevées que celles des autres acides aminés. Le miel de jujubier fait partie des meilleurs miels du monde et contient de nombreux bienfaits.

On trouve également dans le miel des enzymes comme l’amylase, l’oxydase peroxyde, la catalase et la phosphorylase acide. Celles-ci sont impliquées dans le métabolisme des glucides ou dans la défense. Certaines variétés de miel contiennent également des acides aminés, des traces de vitamines B, B6, C, de la niacine, de l’acide folique, des minéraux, du fer, du zinc et des antioxydants.

Composés bioactifs du miel

Les composés bioactifs du miel contribuent à ses bienfaits bien établis pour la santé. Les composés les plus importants sur le plan fonctionnel contenus dans le miel sont les vitamines E, K, A, B2, B6 et C, ainsi que l’acide pantothénique, les composés phénoliques, les flavonoïdes et les acides gras.

L’activité biologique du miel est particulièrement associée à la présence de composés phénoliques (acides phénoliques et flavonoïdes). En outre, différents composés phytochimiques, tels que l’acide ascorbique, les acides aminés et différentes protéines, constituent la base de ses propriétés.

Propriétés antioxydantes du miel

Les antioxydants inhibent l’oxydation des molécules. L’oxydation génère des réactions biochimiques de radicaux libres qui peuvent nuire aux cellules, aux tissus et aux fonctions physiologiques. Les antioxydants tels que la vitamine C éliminent les radicaux libres, mettant fin aux réactions en chaîne qui aboutissent à la détérioration des cellules. Il a donc été démontré que les aliments contenant des antioxydants améliorent la santé.

La littérature suggère que le miel contient de puissants agents antioxydants. Cela dépend de sa concentration et de la provenance du miel. Par conséquent, les propriétés antioxydantes peuvent minimiser le risque ou atténuer les effets des maladies inflammatoires telles que les maladies coronariennes, le vieillissement, le déclin neurologique et le cancer.

Les substances qui constituent la base de cette capacité antioxydante sont les polyphénols et les acides phénoliques. Les polyphénols caractéristiques des acides phénoliques sont endémiques à certaines variétés de miel. Par exemple, le flavonol kaempferol se trouve dans le miel de romarin tandis que la quercétine se trouve dans le miel de tournesol.

Activité antimicrobienne du miel

L’utilisation du miel dans la cicatrisation des plaies dans le monde entier en raison de sa fonction antimicrobienne remonte à bien longtemps. Il a été démontré que des variétés spécifiques de miel présentent une activité antimicrobienne à large spectre contre les agents pathogènes résistants aux antibiotiques. La différence dans cette capacité antimicrobienne réside dans les fleurs à partir desquelles le miel est produit. En particulier, les conditions environnementales et l’emplacement des fleurs ont une incidence sur ce point.

L’action antibactérienne du miel a été attribuée au peroxyde d’hydrogène qui est formé par l’enzyme glucose oxydase. L’activité du peroxyde et les mécanismes non peroxydés sont à la base de l’action antimicrobienne. En général, le miel présente une activité à large spectre contre les bactéries gram-positives et négatives.

En raison de son activité antimicrobienne, le miel est utilisé pour traiter la toux. Le miel a démontré sa capacité à améliorer les symptômes cliniques parmi les différents groupes de traitement. Le miel présente en outre un excellent profil de sécurité, ainsi que des effets bénéfiques sur la prévention et le traitement de la toux. L’effet du miel est particulièrement visible chez les enfants, car la toux est fréquente dans cette tranche d’âge en raison de la relative immaturité de leur système immunitaire.

En outre, les mécanismes utilisés pour le traitement de la toux entraînent une somnolence, un effet secondaire indésirable. Dans une étude portant sur 300 enfants âgés de un à cinq ans souffrant d’une infection des voies respiratoires supérieures, une seule dose nocturne de trois types de miel a entraîné une amélioration significativement plus importante par rapport à un groupe placebo.

Le miel est également utilisé dans le cadre médical pour accélérer la cicatrisation des plaies, notamment des brûlures. Le miel est efficace sur différents types de plaies où les autres méthodes de cicatrisation échouent. Il minimise par ailleurs le risque d’infection.

Dans les greffes de peau, les effets antibactériens et anti-inflammatoires du miel entraînent un degré de guérison plus élevé. Plus précisément, le miel diminue le taux d’infection à partir du cinquième jour environ de la blessure, ce qui minimise la douleur et la durée du séjour à l’hôpital. Le miel possède également des caractéristiques adhésives pour la fixation des greffes de peau, ce qui permet de minimiser la contraction des greffes. Il améliore aussi les propriétés de guérison des plaies chirurgicales.

Le miel et l’effet sur l’indice glycémique

Il existe une certaine controverse concernant les effets des sucres simples et les modifications de la glycémie. En général, les glucides ayant un indice glycémique (IG) minimal entraînent une baisse de la glycémie. L’inverse est vrai. Le miel est dérivé d’un seul type de fleur dont le rapport fructose/glucose varie. Ainsi, certains miels ont des concentrations relativement plus élevées de fructose, accompagnées d’un IG plus faible.