salle blanche

Vous travaillez dans le secteur médical, dans la recherche chimique ou dans la recherche physique ? Ou vous êtes en contact avec des substances dangereuses sur votre lieu de travail ? Alors, vous avez certainement déjà entendu parler des salles blanches, des salles propres et même des salles grises. Mais quelle est la différence entre ces zones ? Dans la suite de cet article, nous allons répondre à toutes vos questions sur le sujet.

À quoi servent les salles blanches ?

Une salle blanche est une zone qui appartient surtout aux secteurs liés à la recherche scientifique et notamment à la recherche chimique ou physique. On l’utilise pour toutes les opérations qui ont un rapport avec des domaines sensibles aux contaminations environnementales. Il peut s’agir de biologie, d’agroalimentaire ou encore de biotechnologie. Mais cette salle peut aussi servir pour tout ce qui concerne la fabrication d’engins spatiaux, la préparation de produits stériles pour l’industrie pharmaceutique ou encore pour la construction d’optique.

Il faut savoir que dans ces secteurs, les objets travaillés présentent souvent une taille qui varie entre le micromètre et le nanomètre. Autrement dit, si l’air dans la salle n’est pas purifié correctement, certaines particules peuvent entrer en contact avec les objets, ce qui ruine tout le travail effectué. De plus, il y a de nombreuses substances utilisées dans la recherche biologique, chimique ou bactériologique qui peuvent être dangereuses. Elles doivent donc être protégées contre les interférences avec de l’air non purifié.

salle propre

Quelle différence entre la salle blanche et la salle propre ?

Comme vous l’aurez compris, les objets ou substances utilisés sont sensibles aux variations de lumière, de chaleur, de gaz ou de matière dans l’air non purifié. Autrement dit, les employés doivent pouvoir maîtriser tous ces facteurs. En ce sens, la salle blanche permet de filtrer l’air dans la pièce en fonction de plusieurs facteurs et de plusieurs niveaux de taille. Poussière ou cellules, il n’y a rien qui ne doit échapper aux filtres. Dans une salle blanche, l’air est filtré en permanence et un tiers d’air est ajouté toutes les heures pour éviter la concentration du dioxyde de carbone qui est rejeté par les différents employés.

On parle à présent de salle propre, ou ultra-propre, à cause de la nouvelle norme NF EN ISO 14644. Mais en réalité, il ne s’agit que d’une façon de désigner la même chose. En fait, une salle propre est une salle blanche qui respecte la nouvelle réglementation en vigueur. Ainsi, les salles blanches sont répertoriées selon plusieurs niveaux :

  • ISO 1 ;
  • ISO 2 ;
  • ISO 3 ;
  • ISO 4 ;
  • ISO 5 ;
  • ISO 6 ;
  • ISO 7 ;
  • ISO 8 ;
  • ISO 9.

Les niveaux sont établis en fonction du nombre de particules présentes dans l’air ainsi que de leur taille. Il faut savoir que plus le niveau est bas (Exemple : ISO 1), plus la concentration de particules est faible.

Qu’est-ce qu’une salle grise ?

Il faut tout de même avoir accès au matériel hors des salles blanches pour pouvoir le nettoyer ou pour réaliser des opérations de maintenance et d’entretien. Ces tâches nécessitent l’emploi d’un matériel extérieur aux salles propres qui pourrait contaminer l’air alors que le maintien du niveau de pureté de l’air est indispensable dans ces zones.

C’est donc pour éviter la contamination de la salle blanche que la salle grise est utilisée pour servir d’espace de stockage et de maintenance. Ainsi la propreté est maintenue dans les salles propres. Les salles grises ne servent qu’à préparer le matériel. Les niveaux de propreté et de pureté de l’air dans ces zones sont donc bien différents.