La prise en charge du cancer a évolué ces dernières années, améliorant ainsi les traitements possibles et la survie des patients atteints du cancer du pancréas. Faisons le point sur ces traitements et en particulier sur la chirurgie.

Quelles sont les chances de guérison après une chirurgie du pancréas ?

La chirurgie constitue un traitement de choix pour accroître les chances de guérison d’un patient atteint de ce type de cancer. Toutefois, la réalisation de l’acte chirurgical reste malgré tout difficile et ne peut avoir lieu que sous certaines conditions. Cela dépend surtout du stade d’évolution de la maladie, du nombre des lésions, de la nature du cancer, et de la santé générale du malade. La chirurgie n’est pas une opération sans risque et comporte des effets secondaires irrémédiables.

Si la chirurgie semble donner des résultats notoires et encourageants, néanmoins seule elle ne suffit pas. Elle a besoin d’être associée à une radiothérapie et/ou une chimiothérapie afin d’obtenir des bienfaits thérapeutiques des plus durables.

Il faut savoir également que la récidive est fréquente pour le cancer du pancréas. Cela est dû en partie à la difficulté d’accès à la tumeur. Aussi, la chirurgie n’est pas appliquée de manière systématique à tous les patients malades. Des conditions sont donc requises et nécessitent la réalisation d’un examen approfondi pour savoir si le patient est disposé à l’acte chirurgical. Ce dernier doit être dans un bon état de santé général et ne pas présenter d’autres maladies rendant impossible l’opération, comme les maladies cardiaques ou respiratoires.

Bon à savoir : les chiffres clé du traitement du cancer du pancréas par la chirurgie restent mitigés.

  • Le taux de survie après 5 ans est de 5 %
  • La chirurgie permet d’augmenter ce taux de 20 %, si elle est également associée à la chimiothérapie et/ou radiothérapie.

Comment se déroule l’intervention pour un cancer du pancréas ?

L’opération consiste à enlever la partie du pancréas ou se développe la tumeur. Deux types d’intervention sont requis :

  • La duodénopancréatectomie céphalique (ou DPC)
  • La splénopancréatectomie

La duodénopancréatectomie céphalique (DPC) est une opération visant à enlever les tumeurs localisées dans la région duodéno-pancréatique. Cela comprend :

  • Les tumeurs de la tête du pancréas
  • Les tumeurs duodénales
  • Les tumeurs de l’ampoule de Vater, zone d’abouchement des canaux pancréatique et biliaire dans le duodénum

Cette opération s’effectue en deux temps. La première phase, dite de résection, consiste à enlever le bloc duodénopancréatique. La seconde phase, dite de reconstruction, est nécessaire pour relier entre eux les différents organes qui ont été réséqués : estomac, intestin, foie et pancréas, afin de rétablir la continuité du tube digestif.

Splénopancréatectomie gauche consiste à retirer la queue du pancréas et la rate. Cette opération chirurgicale se réalise en cas de tumeur de la queue du pancréas. Le risque per-opératoire principale est l’hémorragie et le risque post-opératoire principal, la fistule pancréatique.

En règle générale, les pancréatectomies gauches se font par coelioscopie, c’est-à-dire par l’intermédiaire de petits orifices réalisés dans la paroi abdominale, dans lesquels sont introduits une caméra et les instruments chirurgicaux. Les principales complications possibles sont :

  • La fistule pancréatique
  • L’hémorragie
  • La gastroparésie
  • Le diabète
  • La stéatorrhée

Suivi après l’opération du pancréas

Après l’intervention chirurgicale, vous ressentirez certainement des douleurs au niveau de la zone opérée. Vous devez chercher à les calmer en prenant de la morphine ou l’un de ses dérivés. Si le produit que vous avez pris ne vous soulage pas, parlez-en à l’équipe médicale qui vous proposera un traitement plus adapté.

Il existe plusieurs dispositifs pouvant être mis en place pour le suivi de l’opération. C’est le cas d’une sonde nasogastrique. Il s’agit d’un tuyau qui passe par le nez et l’œsophage pour atteindre l’estomac. Vous serez alors nourri par une alimentation liquide, puis solide. La pose d’une sonde urinaire est également possible afin de recueillir les urines et mesurer leurs volumes, ce qui permet de contrôler le fonctionnement des reins. Son retrait se fait quelques jours après l’opération. En fonction de votre état et de votre situation personnelle, le corps médical décidera de ce qu’il faut pour un bon suivi de l’intervention chirurgicale.

Pour en savoir davantage sur les traitements possibles du cancer du pancréas, consultez le site internet de l’association Espoire.

Quels sont les autres traitements pour le cancer du pancréas ?

La chimiothérapie et la radiothérapie constituent les deux autres traitements du cancer pancréatique. La première consiste à détruire les cellules malignes. Toutefois, elle n’épargne pas les cellules saines voisines, c’est pourquoi elle comporte des effets secondaires comme la nausée, la fatigue, la perte d’appétit ou bien encore la perte des cheveux. Aussi, la chimiothérapie est administrée à la suite d’une opération chirurgicale pour éliminer toutes les cellules ayant pu persister ou afin d’éviter la survenue de récidive.

La radiothérapie peut également être associée aux autres traitements possibles. Elle consiste à envoyer des radiations sur un endroit précis du corps pour détruire les cellules cancéreuses qui s’y sont formées. Après le traitement, les effets secondaires disparaissent dès que les cellules saines se sont régénérées.

A lire aussi : Cancer colorectal: symptômes et traitement du cancer du colon.