La période hivernale n’est pas toujours une partie de plaisir. Comme chaque année, les virus et les bactéries prolifèrent amenant leur lot d’affections tel que l’angine, la bronchite, la grippe, le rhume ou encore la gastro-entérite. L’angoisse de tomber malade pendant les périodes de fête de fin d’année gâche un peu la joie de festoyer gaiement. Un souci qui peut alors influer sur notre état d’esprit alors que cette période ne s’y prête pas. 

Bien entendu, il nous est possible de compter sur un allié de taille : le microbiote. Cette flore intestinale composée de différentes populations bactériennes, vivant en bon équilibre, nous maintient en bonne santé. D’ailleurs, il ne fait plus de doute aujourd’hui que les déséquilibres de cette flore influencent le développement de maladie comme l’obésité, le diabète, les maladies inflammatoires chroniques, le cancer du côlon, les maladies du foie, le surpoids notamment. Alors pour que ce microbiote dispense une protection efficace et rassurante pendant tout l’hiver et au-delà, rien de tel que d’en prendre soin. Retour sur quelques-uns des gestes à adopter qui jouent en faveur de notre flore intestinale.

Les levures et probiotiques pour aider la flore intestinale

Les levures pour améliorer la flore intestinale comme celle de bière sont des alliées de taille. Produit phytothérapique par excellence, les levures constituent une source incontestée de vitamines B, qui est indispensable au bon fonctionnement du système nerveux et des muscles. Qualifiées de probiotiques, elles interagissent avec la flore intestinale pour renforcer les ongles, les cheveux, lutter contre le vieillissement, prévenir la fatigue et les affections et stimuler le système immunitaire notamment. Elle présente également l’avantage de redonner de l’éclat à la peau, de réduire les troubles intestinaux. Les levures de bière associées aux probiotiques permettent alors de réduire les dérèglements de la flore intestinale. Les probiotiques sont des bactéries bénéfiques à l’organisme qui permettent de stimuler notre système immunitaire tout comme la flore intestinale pour nous protéger des agressions des germes nocifs hivernaux. Et si nous souffrons du syndrome de l’intestin irritable, d’une intolérance au lactose, les levures et les probiotiques sont indispensables. Pour finir, certains probiotiques agissent également sur la perte de poids en bloquant le développement de germes qui favorisent l’absorption de calories superflues. Bref, les levures et les probiotiques sont incontournables. 

L’alimentation pour stimuler la flore intestinale

La flore intestinale n’a pas comme seule fonction de nous aider à lutter contre les maladies hivernales ni de favoriser la fonction digestive. En effet, ce microbiote joue aussi un rôle dans la régulation du poids et communique avec notre cerveau. Alors pour favoriser sa diversité, nous protéger des maladies rien de tel que d’adopter une bonne hygiène alimentaire. Notre alimentation moderne est chargée en sucres, en gras et en sel. Rien de tel que de faire pencher la balance en notre faveur en minimisant ces apports et en consommant des fibres. De la diversité des fibres dépend la diversité de notre microbiote. Bienvenue donc aux légumes, aux légumineuses, aux fruits, aux céréales complètes, aux fruits secs et aux fruits à coque. Ensuite, mieux vaut réduire notre consommation de viande et de boissons sucrées, énergisantes. Ces boissons si elles favorisent la prolifération de bactéries néfastes pour le système cardiovasculaire sont néfastes à bien des égards pour notre santé. En outre, il est intéressant de réduire le gluten. Très présent dans notre alimentation, le gluten peut altérer la muqueuse intestinale et entraîner des troubles au niveau digestif. Rien de tel que de minimiser ces apports en privilégiant le quinoa, le sarrasin, les lentilles, les pois chiches par exemple, qui en sont dépourvus. 

L’activité physique modérée et régulière

Pour que le microbiote joue son rôle protecteur, rien de tel que de pratiquer une activité physique régulière et modérée. Vélo, marche rapide, natation, squash, musculation, athlétisme, foot … nous avons l’embarras du choix pour aider à entretenir notre flore intestinale. Bien entendu, cette activité physique doit être combinée à un sommeil réparateur. Et pour cause, lorsque l’on est fatigué, on sécrète plus de ghréline, l’hormone de l’appétit, et moins de leptine qui est l’hormone de la satiété. Là encore, les astuces ne manquent pas pour dormir du sommeil du juste chaque nuit pour contribuer à notre bon état de santé. Quelles que sont les astuces adoptées, l’important est de dormir entre 7 et 8 heures et, d’opter pour des micros siestes de 5 à 20 minutes maximum.