Depuis le début de la gestion et de la lutte contre la pandémie liée au coronavirus « covid-19 », le ministère du Travail a précisé les modalités d’organisation du travail. Hôpitaux, pompiers, entreprises, associations, restaurants, écoles … les modalités d’organisation du travail ont dû s’adapter. Et si le virus est devenu une urgence de santé publique pour tous, il est des actions qui le sont tout autant virus ou pas virus. À l’image du défibrillateur, la trousse de secours est elle aussi un matériel d’urgence et de premiers secours indispensable pour assurer les secours et les soins d’urgence médicaux à apporter à un blessé ou un malade. 

Matériel de premiers secours : que doit contenir une trousse de secours ? 

Le contenu de la trousse de secours n’est pas imposé par la loi. Pour autant son contenu doit être en bon état, de pas être vide, ne pas dépasser la date de péremption et ne pas comporter de médicaments. Le contenu du matériel de secourisme est fonction de l’activité, des risques encourus. 

En règle générale, une trousse de premier secours contient le matériel médical suivant : de l’alcool modifié pour désinfecter les mains et le matériel, des gants à usages uniques, des masques, des compresses stériles individuelles, un antiseptique cutané non alcoolisé et non coloré, des ciseaux à bords ronds, une pince à échardes, un masque ou embout buccal, des pansements, un pansement compressif, du sparadrap, des bandes extensibles, une couverture de survie, un sac pour récupérer les déchets de soins. L’idée est d’avoir des dosettes individuelles spécialement conçues pour prévenir les dangers de chaque métier.

La trousse de premier secours doit être adaptée aux besoins, disposer de tous les éléments pour faire face à chaque urgence. Si le contenu de cette dernière est personnalisable, il existe aussi des kits de secours déjà prêt par exemple le kit de secours pour le BTP, les artisans ferrailleurs, les jardiniers, le personnel de bureau ou encore la boutique de vêtements notamment. Même si certains milieux sont à moins à risque que d’autre, une chose est sûre : la trousse de secours n’en reste pas moins essentielle et obligatoire

Matériel de premiers secours : quelles sont les obligations ?

Selon le Code du travail, l’employeur doit répondre à de nombreuses obligations en matière de sécurité et de sécurité vis-à-vis de ses salariés. L’emplacement de la trousse de secours doit être connu de tous, être équipé du matériel de premiers secours adapté à la nature des risques, facilement accessible et faire l’objet d’une signalisation par panneau. 

Bien entendu qu’il s’agisse d’une entreprise, d’un commerce, d’un médecin, d’un urgentiste, d’un artisan, d’une collectivité territoriale, d’un établissement scolaire ou encore d’une association, chacun est tenu de vérifier, d’entretenir les dispositifs pour éviter toute défectuosité mais aussi de remplacer les produits après utilisation. Et si chaque unité de travail (lieux de production, ateliers, aires de stockage, véhicules, lieu de confinement en cas d’évènement majeur notamment) doit avoir une trousse de secours adapté, il faut aussi s’assurer que chacun connaisse la conduite à tenir en cas d’urgence. Tout comme le fait d’avoir un local dédié aux premiers secours ou un espace dans le cadre d’un événement sportif ou d’une team building par exemple. Rien de tel donc que de désigner une personne responsable de la trousse de secours pour s’assurer de tout cela.

Le cadre législatif est certes strict, mais cela s’inscrit dans les nombreuses actions à mener pour sauver des vies. Raison pour laquelle, pour faire face aux situations dites de « risques majeurs » et limiter leurs conséquences, le Plan Particulier de Mise en Sûreté aux risques majeurs (PPMS) est à rédiger et à mettre à jour régulièrement. 

Il faut garder à l’esprit que l’efficacité de la chaîne de secours repose sur quatre éléments fondamentaux : l’évaluation du risque, l’organisation, les moyens mis en œuvre et la réévaluation périodique