orthodentiste

Un orthodontiste est un médecin spécialiste qui traite des anomalies de posture de la dentition. Son intervention a pour objectif de corriger les mauvaises positions des dents ou de la mâchoire.

L’on peut donc être amené à consulter ce type de spécialiste pour être en mesure d’arborer un beau sourire ou encore pour obtenir un soulagement face à certains problèmes bucco-dentaires.

Ainsi par exemple, que l’on soit en proie à un mauvais alignement dentaire ou à un défaut d’espacement, c’est à lui qu’il convient de s’adresser. Apprenez-en plus ici quant à la fréquence idéale à laquelle l’on devrait consulter un orthodontiste.

A quelle fréquence faut-il se rendre chez son orthodontiste ?

Les problèmes nécessitant l’intervention d’un orthodontiste sont nombreux. Pour chacun d’eux, une fréquence spécifique est à adopter.

Un mauvais alignement ou un défaut d’espacement

Lorsque l’on remarque un mauvais alignement de ses dents, un « défaut » d’espacement, un chevauchement des dents ou encore une malocclusion, la solution qui s’impose consiste à prendre rdv avec cette clinique d’orthodontie à Genève par exemple pour obtenir un diagnostic précis.

Le spécialiste sollicité procède alors à une prise en charge dans le plus grand confort possible et à la mise en place du traitement qui convient. Il peut être utile de le préciser : les traitements visant l’alignement des dents sont divers et variés.

Une pose de bagues ou de gouttières

La fréquence de consultation de l’orthodontiste varie selon que le problème identifié nécessite la pose de bagues, de gouttières ou d’un appareil dentaire.

Dans le cadre d’un traitement actif, la consultation devra se faire toutes les 4 à 6 semaines. Cette fréquence peut être espacée à une fois tous les 2 mois voire une fois tous les 3 mois durant la contention. Divers facteurs peuvent expliquer une telle variation.

consultation orthodentiste

Les facteurs déterminant la fréquence des contrôles

Les facteurs à prendre en compte pour ce qui est de la fréquence des contrôles peuvent être de divers ordres. Certains d’entre eux sont présentés ci-après :

  • La durée du traitement : elle peut s’étendre sur 1 à 3 ans ;
  • La gravité du problème : la fréquence des consultations est déterminée par cette gravité ;
  • La qualité de l’hygiène bucco-dentaire du patient ;
  • L’état de santé général du patient ;
  • Les habitudes de vie : les patients consommateurs d’alcool ou de tabac sont amenés à consulter suivant une fréquence plus accrue.

A quoi servent les consultations d’ajustement ?

Ces consultations régulières d’ajustement ont, entre autres, pour objet de :

  • Changer les fils métalliques utilisés pour les appareils dentaires ;
  • Remplacer les bagues élastiques dans le cas de l’utilisation des bagues ;
  • Vérifier l’état de l’occlusion dentaire et l’améliorer au besoin ;
  • Changer la coquille pour les traitements impliquant les gouttières transparentes invisalign.

Pour en apprendre plus sur les gouttières transparentes invisalign, cliquez ici.

Quels sont les risques en cas de non-respect de la fréquence indiquée ?

La conséquence directe lorsque l’on ne respecte pas les fréquences de consultation conseillées par son orthodontiste consiste en une absence d’efficacité du traitement.

En effet, à force de manquer les rendez-vous de consultation indiqués par l’orthodontiste, l’on assiste à un accroissement des risques de survenue d’effets indésirables dans le cadre du traitement.

Les contrôles réguliers ont pour objectif de permettre un meilleur suivi de son traitement. Il est donc évident que le fait de ne pas se soumettre à temps à ces consultations fait courir un risque. Afin de corriger le tir, le spécialiste peut recommander une prorogation de la durée du traitement.

Une telle prorogation rime évidemment avec des coûts supplémentaires qu’il aurait été possible d’économiser en se rendant fréquemment aux consultations chez son orthodontiste.

Il faut donc retenir qu’aucune fréquence fixe ne peut être définie en ce qui concerne les consultations chez un orthodontiste dans le cadre d’un traitement ; une prescription et des recommandations sont faites en considération des spécificités de chaque patient.