troubles menstruels

Les troubles menstruels sont communs chez de nombreuses femmes. En effet, au-delà de l’inconfort ressenti à la survenance de chaque cycle menstruel, les règles peuvent se révéler trop abondantes, trop faibles, douloureuses, etc. Certaines femmes s’emmêlent chaque fois les pinceaux avec des règles irrégulières qui débarquent sans crier gare. Découvrez ici quelques troubles menstruels.

Les saignements répétés avant et après les menstrues

Les saignements répétés pendant et après le cycle menstruel sont un problème de santé majeur que l’on retrouve chez certaines femmes. Ce trouble menstruel est médicalement connu sous le nom de métrorragies. D’autres femmes se plaignent de saignement le jour de l’ovulation. Il arrive également que les saignements se poursuivent en dehors de la période menstruelle. Ce trouble subvient souvent chez les personnes qui sont en période de préménopause. Cela s’appelle des ménométrorragies. À tout ceci, il existe une solutions à découvrir. L’acupuncture, cet art médicinal chinois a certainement quelque chose à offrir aux femmes désespérées par la survenue de flux sanguins inopinés.
L’absence des règles ou l’aménorrhée

L’absence des règles n’est pas un fait atypique. Beaucoup de femmes sont touchées dans le monde par ce trouble. On parle d’aménorrhée primaire lorsque des jeunes filles adolescentes accusent un retard dans la survenance de leurs premières règles.  On parle d’aménorrhée secondaire lorsque les règles disparaissent pour ne revenir qu’après 3 mois.  Les sources des troubles de l’aménorrhée sont profondes et peuvent être liées à un syndrome micro-polykystiques au niveau ovarien. L’aménorrhée peut être due à un traumatisme psychologique, à la prise de certains médicaments, à un tractus génital (absence d’utérus), etc.

Les dysménorrhées ou la survenance de règles douloureuses

Les règles douloureuses ou dysménorrhées causent des douleurs atroces aux femmes qui en sont sujettes. Les dysménorrhées peuvent être le fait de l’existence d’une affection sous-jacente telle que l’endométriose. Cela génère généralement des douleurs, non pas aux premiers jours des règles, mais vers la fin des menstrues. Certaines femmes sont victimes pendant cette période de maux de tête, de vomissements, de nausées, etc.

Les douleurs, dès la survenance des menstrues, tendent souvent à disparaître au fil des ans. De nombreuses femmes s’en souviennent comme étant l’une des périodes les plus douloureuses de leurs vies. Les moins chanceuses traînent ce trouble toute leur vie. Le pire, c’est quand un flux sanguin subit subvient le jour de l’ovulation.  Pour traiter le phénomène des dysménorrhées, la femme qui en souffre peut se soumettre à un traitement à base de contraception hormonale.

Les menstrues trop courtes ou menstrues trop longues

On parle d’oligoménorrhée lorsque le cycle menstruel de la femme connaît un prolongement anormal. Un tel prolongement peut s’étendre à 35 jours. En revanche, il existe des femmes dont le cycle menstruel fait exactement 21 jours. On parle de polyménorrhée. Dans l’un ou dans l’autre des cas, il existe de sérieuses raisons de s’inquiéter sur le potentiel fertile des femmes concernées. En effet, les règles trop courtes ou trop longues entraînent des dysfonctionnements tels que l’absence de l’ovulation. Cela rend également l’endomètre moins propice pour faciliter la nidation.