Consommation de drogues et toxicomanie

Beaucoup de gens ne comprennent pas pourquoi ou comment d’autres personnes deviennent dépendantes des drogues. Ils peuvent penser à tort que ceux qui font usage de drogue manquent de principes moraux ou de volonté et qu’ils pourraient mettre fin à leur usage de drogue simplement en choisissant de le faire. En réalité, la toxicomanie est une maladie complexe, et il faut généralement plus que de bonnes intentions ou une forte volonté pour cesser de fumer. Les drogues modifient le cerveau d’une façon qui rend l’abandon du tabac difficile, même pour ceux qui le veulent. Heureusement, les chercheurs savent plus que jamais comment les drogues affectent le cerveau et ont trouvé des traitements qui peuvent aider les gens à se remettre de leur dépendance à la drogue et à mener une vie productive.

Qu’est-ce que la toxicomanie ?

La toxicomanie est une maladie chronique caractérisée par la recherche et la consommation de drogues qui est compulsive, ou difficile à contrôler, malgré les conséquences néfastes. La décision initiale de prendre de la drogue est volontaire pour la plupart des gens, mais l’usage répété de drogue peut entraîner des changements cérébraux qui remettent en question la maîtrise de soi d’une personne dépendante et nuisent à sa capacité de résister à ses pulsions intenses de consommation de drogue. Ces changements cérébraux peuvent être persistants, c’est pourquoi la toxicomanie est considérée comme une maladie récidivante – les personnes qui se rétablissent de troubles liés à la consommation de drogues courent un risque accru de recommencer à consommer de la drogue même après des années sans en avoir pris.

Il est courant qu’une personne rechute, mais cela ne veut pas dire que le traitement ne fonctionne pas. Comme pour les autres maladies chroniques, le traitement doit être continu et adapté en fonction de la réponse du patient. Les plans de traitement doivent être revus souvent et modifiés en fonction de l’évolution des besoins du patient.

Qu’arrive-t-il au cerveau lorsqu’une personne prend de la drogue ?

La plupart des drogues affectent le circuit de récompense du cerveau, causant l’euphorie et l’inondant de dopamine, un messager chimique. Un système de récompense qui fonctionne bien motive une personne à répéter les comportements nécessaires à son épanouissement, comme manger et passer du temps avec ses proches. Les poussées de dopamine dans le circuit de récompense provoquent le renforcement de comportements agréables, mais malsains comme la prise de drogues, ce qui amène les gens à répéter ce comportement encore et encore.

À mesure qu’une personne continue de consommer de la drogue, le cerveau s’adapte en réduisant la capacité des cellules du circuit de récompense à y répondre. Cela réduit la sensation d’euphorie ressentie par la personne par rapport à celle qu’elle ressentait lorsqu’elle a pris la drogue pour la première fois – un effet connu sous le nom de tolérance. Ils pourraient prendre plus de la drogue pour essayer d’atteindre le même niveau. Ces adaptations cérébrales font souvent en sorte que la personne devient de moins en moins capable de tirer du plaisir d’autres choses qu’elle aimait autrefois, comme la nourriture, le sexe ou les activités sociales.

L’utilisation à long terme entraîne également des changements dans d’autres systèmes et circuits chimiques du cerveau, affectant des fonctions qui incluent :

  • pédagogique
  • décision
  • prise de décisions
  • insistance
  • souvenir
  • attitude

Bien qu’elles soient conscientes de ces conséquences néfastes, plusieurs personnes qui utilisent des drogues continuent des consommer, ce qui est la nature même de la dépendance.

Drogues et toxicomanie

Pourquoi certaines personnes deviennent-elles dépendantes des drogues et d’autres non ?

Aucun facteur ne peut prédire à lui seul si une personne deviendra dépendante aux drogues. Une combinaison de facteurs influence le risque de dépendance. Plus une personne présente de facteurs de risque, plus elle a de chances de développer une dépendance à la drogue. Par exemple :

Biologie : Les gènes avec lesquels les gens naissent représentent environ la moitié du risque de dépendance d’une personne. Le sexe, l’origine ethnique et la présence d’autres troubles mentaux peuvent également influencer le risque de consommation de drogues et de toxicomanie.

Environnement : L’environnement d’une personne comprend de nombreuses influences différentes, allant de la famille et des amis au statut économique et à la qualité de vie en général. Des facteurs comme la pression des pairs, l’abus physique et sexuel, l’exposition précoce aux drogues, le stress et les conseils des parents peuvent grandement influer sur la probabilité qu’une personne consomme de la drogue et devienne dépendante.

Développement : Les facteurs génétiques et environnementaux interagissent avec les étapes critiques du développement d’une personne pour influer sur le risque de dépendance. Bien que la consommation de drogues à n’importe quel âge puisse entraîner une dépendance, plus la consommation de drogues commence tôt, plus il est probable qu’elle évolue vers la dépendance. C’est particulièrement problématique pour les adolescents. Parce que les zones de leur cerveau qui contrôlent la prise de décision, le jugement et la maîtrise de soi sont encore en développement, les adolescents peuvent être particulièrement sujets à des comportements à risque, y compris l’essai de drogues.

Peut-on guérir ou prévenir la toxicomanie ?

Comme pour la plupart des autres maladies chroniques, comme le diabète, l’asthme ou les maladies cardiaques, le traitement de la toxicomanie n’est généralement pas une cure. Cependant, la dépendance est traitable et peut être gérée avec succès. Les personnes qui se rétablissent d’une dépendance risquent de faire une rechute pendant des années, voire toute leur vie. La recherche montre que la combinaison de médicaments pour le traitement de la dépendance avec la thérapie comportementale assure les meilleures chances de succès pour la plupart des patients. Des approches thérapeutiques adaptées aux habitudes de consommation de drogues de chaque patient et aux problèmes médicaux, mentaux et sociaux concomitants peuvent mener à un rétablissement continu.

Une autre bonne nouvelle, c’est que la consommation de drogues et la toxicomanie peuvent être évitées. Les résultats des recherches financées par le NIDA ont montré que les programmes de prévention impliquant les familles, les écoles, les communautés et les médias sont efficaces pour prévenir ou réduire la consommation de drogues et la toxicomanie. Bien que les événements personnels et les facteurs culturels influent sur les tendances de la consommation de drogues, lorsque les jeunes considèrent la consommation de drogues comme dangereuse, ils ont tendance à diminuer leur consommation de drogues. Par conséquent, l’éducation et la sensibilisation sont essentielles pour aider les gens à comprendre les risques possibles de la consommation de drogues. Les enseignants, les parents et les fournisseurs de soins de santé ont un rôle crucial à jouer dans l’éducation des jeunes et la prévention de la consommation de drogues et de la toxicomanie.

Points à retenir

La toxicomanie est une maladie chronique caractérisée par la recherche et la consommation de drogues qui est compulsive, ou difficile à contrôler, malgré les conséquences néfastes.

Les changements cérébraux qui surviennent au fil du temps avec la consommation de drogues mettent au défi la maîtrise de soi d’une personne dépendante et nuisent à sa capacité de résister à ses pulsions intenses de prendre des drogues. C’est pourquoi la toxicomanie est aussi une maladie récurrente.

La rechute est le retour à la consommation de drogues après une tentative d’arrêt. La rechute indique le besoin d’un traitement plus important ou différent.

La plupart des drogues affectent le circuit de récompense du cerveau en l’inondant de dopamine, un messager chimique. Les poussées de dopamine dans le circuit de récompense entraînent le renforcement d’activités agréables, mais malsaines, ce qui amène les gens à répéter ce comportement encore et encore.

Avec le temps, le cerveau s’ajuste à l’excès de dopamine, ce qui réduit le niveau élevé que ressent la personne par rapport au niveau élevé qu’elle ressentait lorsqu’elle a pris le médicament pour la première fois – un effet connu comme la tolérance. Ils peuvent prendre plus du médicament, en essayant d’atteindre le même niveau de dopamine.

Aucun facteur ne peut à lui seul prédire si une personne deviendra dépendante aux drogues. Une combinaison de facteurs génétiques, environnementaux et développementaux influence le risque de dépendance. Plus une personne présente de facteurs de risque, plus elle a de chances de développer une dépendance à la drogue.

La toxicomanie est traitable et peut être prise en charge avec succès.

Une autre bonne nouvelle, c’est que la consommation de drogues et la toxicomanie peuvent être évitées. Les enseignants, les parents et les fournisseurs de soins de santé ont un rôle crucial à jouer dans l’éducation des jeunes et la prévention de la consommation de drogues et de la toxicomanie.