On parle de prolapsus lorsque les organes pelviens (comme l’utérus, le vagin et la vessie) descendent de leur emplacement initial dans le bassin. Il s’agit d’un phénomène courant, qui concerne plus de la moitié des femmes au cours de leur vie. Si vous avez un prolapsus, cela signifie simplement que vos organes pelviens se sont appuyés contre la paroi vaginale. C’est une pathologie qui peut être prise en charge et traitée efficacement. Il est important de comprendre les symptômes d’un prolapsus si vous voulez prendre des mesures pour le gérer. En effet, plus tôt vous en serez informée, plus vite vous pourrez choisir un traitement pour pallier ses effets, avec un pessaire par exemple.

Le prolapsus, un mal qui se soigne ?

Il peut bien sûr être stressant de se rendre compte que certains de nos organes descendent de leur emplacement habituel. Pourtant, vous ne devez pas céder à la panique si vous êtes confrontée à ce problème. Bien que ce souci soit rarement évoqué et donc peu connu, de nombreuses femmes y sont confrontées au cours de leur vie.

Comme nous le verrons au cours de cet article, il existe des solutions pour traiter un prolapsus génital. Les femmes qui en souffrent peuvent notamment utiliser un pessaire, comme on en trouve sur le site Mylittlepessaire.com, une solution adaptée contre le prolapsus génital.

Les causes du prolapsus génital

La cause exacte du prolapsus n’est pas connue. Cependant, il existe quelques facteurs qui peuvent contribuer à cette condition :

  • les changements hormonaux,
  • les contractions utérines et vaginales mal coordonnées,
  • la grossesse ou l’accouchement,
  • la pratique d’un sport à fort impact,
  • l’affaiblissement des muscles du plancher pelvien,
  • le vieillissement,
  • l’obésité.

Mais alors, de quel type de prolapsus génital souffrez-vous ?

femme souffrant de prolapsus

Les différents types de prolapsus

Cette pathologie relativement peu connue peut affecter différents organes :

La cystocèle

La cystocèle est une forme courante de prolapsus vaginal. Elle se produit lorsque la vessie est extériorisée par le vagin, cela peut s’accompagner de symptômes tels que des fuites urinaires. Il est important de savoir que la cystocèle peut aussi bien être corrigée par une intervention chirurgicale visant à repousser la vessie vers le haut que par le port d’un pessaire.

Comme nous l’évoquions, une cystocèle peut entraîner des fuites urinaires, ainsi qu’une fréquence plus élevée des mictions. Les femmes atteintes de cette pathologie auront par ailleurs souvent des difficultés à vider complètement leur vessie, car l’urètre peut être étiré et aplati par la descente de la vessie. Il est toutefois important de souligner que certaines femmes ne présentent aucun symptôme visible.

L’hystérocèle

L’utérus est l’organe pelvien qui subit le plus souvent un prolapsus. 80 % des femmes ayant subi une hystérectomie vaginale (ablation chirurgicale de l’utérus) connaîtront un certain type de prolapsus pelvien dans les années suivant l’opération.

L’un des types de prolapsus utérins est l’hystérocèle. Cela se produit lorsque l’utérus descend dans le vagin et pénètre dans l’ouverture du vagin. Si une femme souffre d’une hystérocèle, il peut lui être difficile d’utiliser des tampons ou d’avoir des rapports sexuels.

La rectocèle

Une rectocèle est un prolapsus des parois du rectum sur le vagin. Il se produit lorsqu’il y a un affaiblissement des muscles et tissus qui sont censés maintenir le vagin, l’utérus et le rectum en place.

Les symptômes comprennent :

  • des selles douloureuses,
  • la sensation de devoir forcer pour aller à la selle,
  • des douleurs au niveau du rectum,
  • une constipation,
  • une fréquence et urgence urinaires,
  • une incontinence urinaire,
  • une difficulté à vider sa vessie.

Les signes d’une descente d’organes

Vous souffrez peut-être d’un prolapsus si vous avez l’impression que vos organes pelviens descendent dans votre paroi vaginale. Vous pourrez également avoir la sensation que le vagin « tombe » lorsque vous marchez ou faites de l’exercice. Une douleur pelvienne peut également se faire ressentir, ainsi qu’une sensation de lourdeur ou de tiraillement dans l’abdomen et la région pelvienne. Les symptômes évoqués dans les paragraphes précédents seront bien évidemment tout aussi importants à surveiller.

Les complications possibles du prolapsus

La plus grande complication du prolapsus est qu’il peut entraîner une incontinence urinaire. Certaines femmes auront des fuites, tandis que d’autres auront un jet d’urine incontrôlé. Ce n’est qu’une complication du prolapsus, mais c’est la plus importante, car elle affecte considérablement la vie de la femme.

L’incontinence urinaire peut être un réel problème, car elle signifie que vous laissez échapper de l’urine lorsque vous bougez trop ou éternuez trop fort. Elle peut également vous obliger à porter en permanence des serviettes hygiéniques ou des couches pour adultes.

Les traitements du prolapsus

Les femmes qui souffrent d’un prolapsus peuvent avoir recours à l’un de ces traitements.

Le pessaire, un traitement de première intention

Le pessaire est un dispositif qui se place dans le vagin pour aider à traiter le prolapsus. Il s’agit d’un traitement simple, sûr, confortable et efficace pour les femmes qui luttent contre un prolapsus.

Le pessaire empêche le prolapsus de se produire en soutenant les organes pelviens. Il permet également de mettre fin à cette sensation de gêne que vous pouvez ressentir au quotidien. Le pessaire est généralement porté toute la journée, mais vous devrez le faire remplacer tous les 2 à 4 ans.

L’un des aspects les plus importants du pessaire est qu’il doit être adapté à votre besoin, à votre pathologie, ainsi qu’à votre anatomie.
Il faudra donc systématiquement consulter un professionnel de santé avant de commander son pessaire en vue de déterminer le bon modèle et la bonne taille.

Intervention de fronde vaginale

Cette intervention consiste à placer une écharpe en filet à l’intérieur du vagin pour retenir les organes pelviens qui ont glissé vers le bas.

Implantation de mailles

Cette intervention ressemble beaucoup à la procédure de fronde vaginale, mais au lieu d’utiliser un filet, elle utilise un matériau synthétique qui a été façonné comme un hamac. L’implantation permet d’empêcher les organes pelviens de glisser à nouveau vers le bas dans le vagin.

Hormonothérapie

Le prolapsus peut se produire en raison de changements hormonaux dans votre corps, de sorte que certaines femmes souffrant de prolapsus peuvent bénéficier d’une hormonothérapie.

Le prolapsus génital peut être effrayant et embarrassant, mais il s’agit d’une affection courante. Il touche également de nombreuses personnes, puisque plus de 40 % des femmes ayant accouché présentent un certain type de prolapsus.

Si vous présentez des symptômes de prolapsus génital, contactez votre médecin pour un diagnostic et des options de traitement. Si vous connaissez une personne souffrant d’un prolapsus génital, aidez-la à sensibiliser le public à cette affection en partageant cet article avec elle !