sevrage tabagique

Vous l’avez déjà dit tant de fois et vous avez essayé quelques fois… Mais cette fois-ci c’est la bonne : vous allez arrêter de fumer. Comment faire ? Quelle technique adopter ? En quoi consiste le sevrage tabagique ?

Le sevrage tabagique est une guerre que vous allez mener sur deux fronts. Le premier concerne la dépendance au tabac. Comme toutes les dépendances, la dépendance au tabac va nécessiter de se désaccoutumer. Car dans le tabac ce qui occasionne des dégâts c’est bien la fumée qui véhicule des produits hautement cancérogènes.

La nicotine contenue naturellement dans la plante de tabac est, quant à elle, à l’origine de la dépendance qui lie le fumeur à la cigarette. L’organisme doit donc apprendre à se passer de ce produit.

Il existe quantité de leviers possibles pour agir. Les substituts nicotiniques sont nombreux. Sous forme de patchs, ils diffusent à l’organisme la nicotine dont il est privé. Avec des dosages différents, ils permettent de réduire progressivement la quantité de nicotine fournie pour aller vers une consommation nulle.

Ils sont en vente libre dans les pharmacies donc facilement accessibles à chacun. Un encadrement et un suivi par un professionnel sont toutefois recommandés. D’autant qu’une prise en charge par la Sécurité Sociale n’est possible que s’il y a prescription médicale.

Le deuxième front sur lequel il va falloir lutter, et non des moindres, est la dépendance du geste. Les autres substituts nicotiniques tels que les gommes à mâcher, les tablettes, les pastilles, tentent d’y répondre en remplaçant le geste de tenir la cigarette par celui de prendre une pastille et de la mâcher ou de la sucer.

Mais le seul outil qui réponde simultanément à ces deux nécessités en restituant parfaitement l’acte de fumer, c’est la cigarette électronique.

D’autres techniques, comme la sophrologie, l’hypnose, la relaxation, l’activité physique, les Thérapies Cognitives et Comportementales (TCC), peuvent aider en soutien sur la voie du sevrage.

La cigarette électronique, qu’est-ce que c’est ?

La e-cigarette se manipule exactement comme une cigarette tout à la fois dans le geste de tenir la cigarette, d’en inhaler la fumée et de l’expirer en produisant le même petit nuage de fumée. Les matériaux sont différents, que ce soit le matériau constitutif de la e-cigarette mais aussi et surtout les matériaux constitutifs du produit inhalé.

En effet, il ne s’agit pas de produits issus du tabac mais de liquides constitués de propylène glycol (PG) et de glycérine végétale (VG) ou de Végétol en remplacement de la VG. Ceux-là constituent la base, à laquelle on ajoute des arômes et parfois également de la nicotine.

On pourra ainsi choisir son type de « base » comprenant un mélange de PG/VG plus ou moins dosé dans l’un ou l’autre de produits suivant que l’on souhaite une sensation proche de la cigarette ou un mélange équilibré entre vapeur et goût.

Il existe ensuite une profusion d’arômes sur le marché, que l’on ajoute à la base, permettant à chacun de satisfaire ses goûts. Certains fabricants proposent même de réaliser soi-même son « e-liquide », le DIY (Do It Yourself) à partir d’une base à laquelle on mélange le ou les arômes de son choix.

La cigarette électronique

Comment utiliser la cigarette électronique pour arrêter de fumer ?

Si vous n’avez jamais vapoté, il vous faudra acheter une e-cigarette. Il en existe de plusieurs sortes et certains revendeurs proposent des packs « débutants » adaptés à des profils de fumeurs différents. Ce peut être un excellent moyen pour entrer en « vapotage ».

Le but étant de se désaccoutumer de la nicotine, il ne faut surtout pas vouloir directement vapoter un e-liquide sans nicotine. Le corps en situation de dépendance ne supporterait pas cette privation radicale. Idéalement, choisissez tout d’abord un « e-liquide » qui correspond à une teneur en nicotine équivalente à votre ancienne consommation.

Les fabricants proposent des teneurs mesurées en mg. Il faut savoir qu’un gros fumeur consomme l’équivalent de 12 à 16 mg de nicotine alors qu’un fumeur moyen en consomme de 3 à 6 mg. Prenez ainsi dans un premier temps une saveur proche de la cigarette avec un taux de nicotine équivalent.

Puis, petit à petit, diminuez le taux de nicotine de votre e-liquide tous les 3 ou 4 mois jusqu’à ce que vous ne vapotiez plus qu’un e-liquide à 0 mg de nicotine. À ce stade, vous pourrez vous considérer comme sevré de la dépendance au tabac.

Quoi qu’il en soit, suivez votre rythme, ne vous fixez pas d’objectifs sur lesquels vous ne pourriez pas revenir. C’est vous et vous seul, en accord avec votre organisme, qui verrez quel est le moment favorable pour diminuer le taux de nicotine.

Il est également envisageable, au cours de ce parcours, de modifier la saveur du e-liquide. De cette façon, parallèlement au travail de désaccoutumance à la nicotine, vous suivrez une nouvelle voie où la saveur du tabac est absente, vous éloignant ainsi définitivement de la cigarette. Ce chemin est celui du vapotage où vous découvrirez le plaisir de vapoter des saveurs fruitées, mentholées, gourmandes, ou mélangées. Vous entrerez dans un monde inédit de sensations.

Si vous vous sentez un peu perdu, certains vendeurs mettent leurs experts à votre disposition pour répondre à toutes les questions que vous vous posez. Vous trouverez également en ligne, sur les sites de ces vendeurs compétents, des guides qui accompagnent vos premiers pas.

Attention, nous ne sommes pas tous égaux face à la dépendance. Le sevrage sera pour certains plus facile que pour d’autres. Ne vous fixez aucune deadline. Votre seul objectif doit être de faire cesser définitivement votre dépendance à la nicotine. Ainsi, la e-cigarette sera, avec vous-même, votre meilleur allié sur la voie du sevrage tabagique.